vendredi , 10 avril 2020

Africa News

AFRIQUE : Facebook et Eutelsat lanceront un satellite pour fournir internet dans les zones reculées

Facebook veut faciliter l’accès à internet en Afrique subsaharienne. C’est ce que l’on peut retenir de l’annonce officielle faite par Mark Zuckerberg sur son compte Facebook. Pour se faire, un satellite sera mis en orbite en 2016.

AMOS-6, c’est le nom de code du satellite qui sera mis en orbite suite au partenariat signé entre Facebook et le français Eutelsat. Déjà en construction, ce satellite une fois fonctionnel devrait permettre de fournir internet à des millions de personnes notamment dans les zones reculées ou l’accès à internet est un véritable défi. Ce projet rentre dans le cadre de la plateforme Internet.org de Facebook (en partenariat avec plusieurs géants, dont Samsung, Qualcomm, Mediatek, Ercisson, Opera…), dont l’objectif est de permettre l’accès gratuit à des services de grandes utilités aux internautes/mobinautes.

Internet-facebook-satellite-Phonerol

Sur le site internet de la plateforme internet.org, la mission est résumée en ces mots : « Mettre internet à disposition de chaque individu sur Terre est une tâche bien trop importante et trop vaste pour une seule entreprise, un seul groupe ou un seul gouvernement. Tous ceux qui participent à Internet.org se sont rassemblés pour relever ce défi, car ils croient au pouvoir d’un monde connecté. »

Il faut préciser que Facebook travaille aussi sur un prototype de drone (nommé Aquila) alimenté au solaire, qui sillonnera la circonférence de la terre pour fournir internet dans les zones qui y ont accès difficilement.

Facebook

Pour les détracteurs du projet Internet.org, derrière cette magnanimité déguisée, il se cacherait une volonté du géant américain de conquérir de nouvelles parts de marché notamment dans les pays émergents et ceux en voie de développement.

Côte d’Ivoire : Voici comment contrôler votre consommation après chaque appel

Dans le souci, d’assurer la transparence dans la facturation des services de communication, l’ARTCI (Autorité de Régulation des Télécommunications en Côte d’Ivoire) a exigé aux opérateurs du pays, de fournir un résumé aux abonnés après chaque appel.

Désormais après chaque communication, les abonnés auront la possibilité de recevoir un message les notifiant de la durée de leur communication, la facturation ayant été appliquée, ainsi que leur consommation donc le crédit restant.
Ainsi, les opérateurs Orange, Moov, MTN et Comium sont tenus de communiquer la procédure d’accès à ce service à leurs abonnés.Cette mesure fait référence l’article 14, 7, 4 du 12 mars 2014 comme mentionné dans les cahiers de charge des opérateurs.

Conformément à ce même cahier de charge, l’accès à ce service de contrôle de la consommation est entièrement gratuit. Pour l’activer, les abonnés auront simplement à effectuer une souscription. Découvrez dans le tableau ci-dessous, la procédure d’activation ainsi que celle de désabonnement au service chez les quatre opérateurs de Côte d’ivoire.

Resumé-Appel_ARTCI-Phonerol

BÉNIN : Télécommunications, la portabilité des numéros annoncée ?

BÉNIN : Télécommunications, la portabilité des numéros annoncée ?

Carte-Sim-mince

Si l’on s’en tient à l’annonce faite par l’Autorité de Régulation des Communications Electroniques et de la Poste (ARCEP) du Bénin, la portabilité des numéros de mobile sera bientôt une réalité dans le pays. C’est le 15 septembre dernier que l’information a été rendue publique devant les opérateurs télécoms du pays.

De façon simple, la portabilité des numéros est la possibilité offerte à un abonné de conserver son numéro même lorsqu’il change d’opérateur. Pour mieux préparer son introduction, une étude a été confiée au cabinet OpenIT. L’étude devra explorer plusieurs axes à savoir « les coûts de mise en œuvre, notamment pour le régulateur et les opérateurs, les coûts de portage et de routage et l’impact de la portabilité sur le contrôle du trafic et les redevances en numérotation » comme relayé par l’agence ecofin. Sur la base de plusieurs facteurs, dont l’économie du pays, l’étude permettra de mieux apprêter l’environnement des télécommunications.

Au Bénin, 5 opérateurs se partagent le marché des télécoms : Spacetel Bénin, Bell Bénin communications, Glo mobile, Etisalat Bénin et Libercom. La portabilité a pour objectif d’améliorer la qualité de service des opérateurs en assurant une concurrence saine entre ceux-ci. Cet avènement devrait donc être bénéfique à plus d’un titre.

Il faut préciser que selon une étude menée par le cabinet Deloitte Côte d’Ivoire, la portabilité est effective dans 67 pays à travers le monde entier. En Afrique, déjà l’Afrique du Sud, le Maroc, le Ghana, le Kenya, la Tunisie, le Nigeria, le Sénégal (depuis le 1er septembre 2015) ont rendu ce concept possible. D’autres pays tels que la Côte d’Ivoire et le Cameroun s’y intéresseraient de près.

Nigeria – Boko Haram : 37 millions de lignes désactivées

Nigeria : 37 millions de lignes désactivées pour la sécurité

Muhammadu Buhari Président du NigeriaLe président du Nigeria Muhammadu Buhari a ordonné aux opérateurs du sectur des télécommunications du Nigeria de désactiver 37.79 millions de lignes mobiles pour mettre fin à la menace Boko Haram dans les 3 mois à venir.

Le but est de mettre fin aux atrocités du groupe terroriste, qui utilise les mobiles pour coordonnées ses opérations. Comme nous l’avons déjà mentionné dans un précédent article, les quatre opérateurs du pays, à savoir, MTN, Airtel, Glo et Etisalat, avaient été condamnés à une amende de plus de 120 millions de dollars pour la non-identification de millions d’abonnés.

La décision de désactiver les lignes a été prise après des rencontres entre les opérateurs, le régulateur et le département de la sécurité nationale.

Source

Safari ouvre son M-PESA aux developpeurs

Safari ouvre son M-PESA aux développeurs

M-PESASafaricom ouvre l’API de son M-PESA aux développeurs locaux et internationaux. Ils pourront ainsi avoir l’opportunité de développer des applications qui fonctionneront sur la plateforme de M-PESA.

Ce changement est possible, car Safaricom en partenariat avec Huawei a implanté ses serveurs au Kenya, dans l’optique de booster les transactions via M-PESA, ainsi que le lancement de leur plateforme de e-commerce.

Le Directeur financier de la Safaricom rappelle aussi que l’innovation est l’un des points clés de leur compagnie. Et que cette innovation ne peut venir de la compagnie uniquement, mais de tous les partenaires qui travailleront main dans la main pour offrir les meilleurs services.

Safaricom espère que les développeurs pourront ainsi apporter le meilleur à tous leurs utilisateurs, avec de nouvelles idées et des applications adaptées aux Business to Business, Business to Consumer et Consumer to Business.

Pour rappel, M-Pesa est un service de transfert d’argent sur mobile lancé en 2007, et qui a conquis plusieurs pays.

Source

Tunisie : 4000 écoles connectées à internet

TUNISIE : 4000 écoles publiques déjà connectées à Internet

TUNISIE Au nombre des pays africains les plus connectés, la Tunisie occupe une bonne place. Pour preuve, sur les 6000 établissements d’enseignement que compte le pays, 4000 sont déjà connectés à internet. Ce projet d’une envergure nationale est piloté par l’opérateur historique Tunisie Telecom.

En Tunisie, le ministère des Technologies de la communication et de l’Économie numérique a inscrit l’interconnexion des écoles à la place des priorités de son agenda TIC 2020. N’est-il pas vrai que celui qui veut voyager loin ménage sa monture ?
En contact avec les TIC dès le bas âge, les jeunes Tunisiens seront à même de connaitre les rouages de ces nouveaux outils susceptibles de favoriser le développement de leur pays. Le projet entamé et déjà réalisé à 70 % est en bonne voie pour que toutes les écoles du pays soient connectées à internet à la rentrée scolaire 2016-2017.

Selon Noomène Fehri, ministre des Technologies de la communication et de l’Économie numérique, les établissements, surtout ceux des zones reculées gagneraient à fournir un peu plus d’effort dans l’entretien des infrastructures, comme l’a signifié le site agence ecofin. À ce niveau aussi, d’autres efforts devront être fournis.

COTE D’IVOIRE : Thierry N’douffou annonce la nouvelle version de la Qelasy

COTE D’IVOIRE : Thierry N’douffou annonce la nouvelle version de la Qelasy

La première tablette éducative africaine qui a fait couler beaucoup d’encres et de salives s’annonce dans une nouvelle version. Fidèle à sa volonté de fournir toujours plus aux utilisateurs de la Qelasy, Thierry N’Douffou concepteur de la tablette éducative made in Côte d’Ivoire annonce les couleurs : plus de performances pour une meilleure expérience.

QelasyLa tablette éducative Qelasy a une vocation qui est de rapprocher le savoir des apprenants tout en leur facilitant l’apprentissage. A ce titre, elle offre une panoplie d’applications exclusivement dédiée à l’éducation, depuis la petite enfance jusqu’à l’université. C’est cette spécialisation de la tablette qui est à la base de sa grande renommée. La nouvelle version de la Qelasy se veut plus raffinée, plus résistance et plus intuitive. Ainsi, elle sera déclinée en deux modèles, l’une avec un écran de 8 pouces et l’autre de 10 pouces. Avec de meilleures performances, cette nouvelle version se veut aussi plus autonome que les précédentes.

Selon son créateur, Thierry N’doufou (prix spécial de la meilleure initiative TIC 2015), la tablette Qelasy est la solution pour résoudre le problème du manque de manuels scolaires et universitaires. Au mois de mai dernier, la phase pilote du projet gouvernemental E-éducation a été lancée à l’école primaire EPP Clouetcha Bad 1 située dans la commune d’Abobo (Abidjan) avec en appui des tablettes Qelasy.

L’une des difficultés le plus souvent rencontrées sur le terrain reste le faible pouvoir d’achat des parents d’élèves. Pour que la majorité des élèves puissent avoir accès à ces tablettes, il faudra un appui du gouvernement et des autres partenaires de l’éducation en Côte d’Ivoire.

En attendant, cette nouvelle version de la Qelasy sera disponible cette rentrée scolaire 2015-2016. Nous vous communiquerons plus de détails sur le produit dès nous en saurons plus. Restez donc à l’écoute sur Phonerol.

Android : Les boutiques android alternatives

Android : Les boutiques android alternatives

Les mobiles actuels nous permettent de télécharger des applications sur les différents marchés disponibles, sur le playstore d’android par exemple. Il existe également d’autres marchés sur lesquels vous pourrez vous faire une petite collection d’applications. Parfois vous pourrez trouver de véritables perles sur certains market, des applications payantes sur le playstore qui sont gratuites sur un autre.

Boutique Android

FDroid – La boutique du libre

FDroid est un marché alternatif pour votre mobile android. Ici vous pourrez retrouver des applications libres pour votre mobile, à vous l’univers du libre.
Vous retrouverez de nombreuses applications, comme total commander, et encore d’autres applications gratuites pour votre mobile.

Amazon Store

Amazon Store est la boutique en ligne du géant Américain. Vous devrez installer l’application sur votre mobile et vous pourrez ainsi profiter des nombreuses promotions offertes. Vous pourrez ainsi profiter d’application payante en promotion à cout réduit et même parfois de belles applications offertes gratuitement.
Vous vous ferez une belle petite collection sans mal, sur l’Amazon Store.

AppGratis

AppGratis vous permet d’obtenir grâce à des partenariats de profiter chaque jour d’une application offerte gratuitement. Oui, des applications gratuites, et aussi des applications avec des réductions de 90% à 10%. De nombreux bons sont disponibles et vous pourrez en profiter.

Getjar

GetJar est une boutique android alternative qui vous permettra de gagner des points en installant certaines applications. Ces points vous permettront d’acheter de nouvelles applications. De nombreuses applications sont disponibles ainsi, à essayer également.

MTN App Store et Orange App Store

Les compagnies de téléphonie mobile MTN et ORANGE offrent également à leurs utilisateurs des applications mobiles disponibles sur leurs stores.
Vous y trouverez de nombreuses applications inédites, qui sont issues pour la plupart des nombreux concours organisés. Une vraie caverne d’applications insolites, locales et inédites. A découvrir.

NIGERIA : La suspension des cartes SIM non identifiées crée des désagréments chez MTN

La chronique nigériane de la suspension des cartes SIM mal identifiées semble avoir de beaux jours devant elle. Depuis une semaine, la Commission des communications du Nigeria (NCC) a procédé a la suspension de plusieurs cartes SIM pour défaut d’identification. Depuis lors, les agences de MTN ne désemplissent pas.

MTN

Comme nous le vous signifions dans un précédent article, les opérateurs de téléphonie qui n’avaient pas régularisé la situation de leurs abonnés non identifié, se sont vu infligé une amende. En plus de cela, les cartes SIM incriminées ont été simplement désactivés.
La plus lourde charge incombe à MTN (109 cartes SIM non identifiées), suivi par Globacom (37), ensuite Etisalat (35) et Airtel (19) ferment la marche. Chez l’opérateur MTN, depuis cette date, bon nombre des abonnés se sont fait identifié. Cependant, plusieurs de ces numéros n’ont pas encore été débloqué par le régulateur. Résultat, des plaintes à n’en point finir.

Pour un meilleur traitement de ses abonnés, l’opérateur MTN a décidé d’accroître le nombre de ses agents chargés de l’identification pour des prises en charge plus adaptées.
Il faut préciser que l’action du régulateur vise à identifier formellement chaque usager des services mobiles afin de mieux lutter contre les menaces d’attentats terroristes.

NIGERIA : 4 opérateurs écopent d’une amende de 120,4 millions de nairas (604 917 $)

La Commission des communications du Nigeria (NCC), régulateur des télécommunications, a mis a exécuté ses mises en garde contre les opérateurs au sujet de la mauvaise identification des abonnés. Dans un précédent article, nous vous expliquions que le NCC ferait payer une amende de 200 000 nairas (1004 dollars) pour chaque carte SIM mal identifiée. Et bien la sanction est tombée.

La Commission des communications du Nigeria (NCC) a effectué, comme signifié les jours antérieurs, des contrôles sur les parcs d’abonnés des opérateurs. La logique voudrait que tout opérateur conscient de l’activité d’un numéro non identifié sur son réseau se charge de le désactiver. Face au non-respect de cette consigne, les opérateurs sont sommés de payer une amende. La plus lourde charge incombe à MTN (109 cartes SIM non identifiées), suivi par Globacom (37), ensuite Etisalat (35) et Airtel (19) ferment la marche.

Amende-operateur-NCC-PhonerolLe directeur de la conformité, contrôle et de l’application Efosa Idehen, à travers une lettre, a tenu à préciser aux opérateurs que le régulateur sera plus sévère en cas de non-respect des consignes. Aussi, un délai leur a été donné jusqu’au 7 septembre 2015. Passé cette date, chaque opérateur se verra infliger une amende de 100 000 nairas (502 dollars) et ce par jour de retard.

WhatsApp chat
%d blogueurs aiment cette page :
Phonerol

GRATUIT
VOIR