vendredi , 18 janvier 2019

Africa News

E-commerce : 7 moyens d’augmenter la confiance du consommateur

E-commerce : 7 moyens d’augmenter la confiance du consommateur

Le e-commerce de développe de plus en plus en Côte d’Ivoire. Il est vrai que le prix et le catalogue restent les véritables forces pour un site de e-commerce. Avec un taux de conversion autour de 5%, il devient primordial de s’assurer la confiance des visiteurs. Nous allons lister 7 points sur lesquels il faut également jeter un œil, pour mettre en place un site qui marche.

E-commerce en Côte d'Ivoire

1) Désign actuel
Un site de e-commerce est avant tout une vitrine sur le net, et comme toutes les vitrines votre site se doit d’être beau. Il vous faudra donc adapter vos codes graphiques aux codes du moment. Vous pouvez rester collé à votre charte graphique, mais ne rester pas figer, adapter toujours votre site.

Le site devra aussi être ergonomique. Le site devra simplifier au mieux le parcours de l’utilisateur, jusqu’à la fin de son panier.

2) Présence sur les réseaux sociaux active
Être sur les réseaux est plus que primordial. Ils restent un moyen puissant de générer du trafic de qualité vers les sites. Vous devrez utiliser Facebook, Twitter, YouTube, Instagram et consorts de manière optimum. Vous ne devez pas oublier ces canaux et publier vos offres et promotions sur vos pages. Aujourd’hui, la publicité sur les réseaux sociaux est accessible à tous et bon marché. Vous ne devrez pas négliger cet aspect et même en profiter pleinement avec quelques euros.

Ne faites pas de votre page une vitrine bis, mais un moyen de communication avec vos abonnés. Écoutez-les, parlez-leur, et faites grandir votre communauté. Que vos pages ne soient pas uniquement des espaces de promotion, mais de véritable espace d’échanges avec vos abonnés.

3) Livraisons efficaces
Vous devrez aussi avoir un mode de livraison efficace. Nous ne parlons pas des délais, mais du respect des délais de livraison. L’utilisateur peut accepter de se faire livrer dans une semaine, ou un mois, mais ce qu’il souhaite réellement c’est que sa commande arrive vraiment à ce moment ou avant. Mais après le délai annoncé, il perdra confiance dans votre boutique.

4) Les bons retours des utilisateurs
Vous devrez mettre en évidence les commentaires des autres clients. Ne prenez surtout pas le malin plaisir à supprimer les commentaires désobligeants, mais vous devrez les traiter au mieux afin de donner aux autres visiteurs plus de confiance, avec votre franchise et votre honnêteté.

5) Qualité et conformité des produits
Veillez à utiliser des photos de très bonne qualité pour vos produits. Vous devez veiller à ce que vos produits en photos soient conformes aux produits que vous livrez. Rien de plus maladroit que de se retrouver avec un produit entièrement différent de ce qu’on a commandé ou de ce que la photo présentait.

De même il est important de veiller sur la qualité et la provenance de vos produits.

Les problèmes des sites de E-Commerce en Côte d'ivoire

6) Bonne description des produits
Autant que les photos, vous devrez veiller à décrire le mieux possible vos produits. Vous devrez donc détailler au mieux le produit afin que l’utilisateur sache ce qu’il va acheter. Et éviter les surprises à la livraison, comme c’est le cas sur les accessoires pour mobiles par exemple. Vous pouvez par exemple lister les outils nécessaires pour utiliser le produit.

7) Une page de contact
Aujourd’hui, les utilisateurs ont de plus en plus besoin de communiquer avec les marques pour avoir plus d’informations. Vous devrez mettre en ligne une page de contact, afin qu’il puisse vous laisser des commentaires et vous contacter.

Vous pouvez également utiliser un système de chat, qui permet d’engager directement le visiteur.

ABIDJAN : UNBCI et Ivoire Justice lance un hackathon pour la réconciliation

ABIDJAN : UNBCI et Ivoire Justice lance un hackathon pour la réconciliation

L’Union National des Blogueurs de Cote d’Ivoire (UNBCI) et la plateforme Ivoire Justice ont organisé du 19 au 21 aout, un hackathon qui avait pour thème, paix et réconciliation. Ce sont 11 équipes qui se sont retrouvées dans l’enceinte de l’Institut de Technologie d’Abidjan pour réfléchir sur des projets autour de ce thème.

Hackathon paix et reconciliation

Réconciler par le numérique, les groupes présents ont pendant ces deux jours présenté leurs applications et leurs créativités en faveur de la paix et de la réconciliation.

Le programme a débuté par une conférence sur le thème Paix, Justice et réconciliation le cas de la Côte d’Ivoire. La conférence a été animé par des experts des droits de l’homme et de justice.

Après ces deux jours de pitch et de compétition, l’équipe de 3M Communication prend la première place et remporte les 500 000 FCFA réservés au gagnant. Le projet qu’ils ont présenté est une BD numérique pour enfant qui permettra aux enfants d’interagir pour véhiculer des messages de paix et de réconciliation.

Les deux autres gagnants sont l’équipe de AMANI et celle de Ayiyikoh qui occupent respectivement la deuxième et la troisième place. Les membres de l’équipe AMANI remportent des smartphones et les membres de l’équipe classée troisième des pockets wifi.

Côte d’Ivoire : Les 10 problèmes des sites de E-Commerce

Côte d’Ivoire : Les 10 problèmes des sites de E-Commerce

Les problèmes des sites de E-Commerce en Côte d'ivoire

Le e-commerce se développe en Côte d’Ivoire très rapidement. Nous avons ainsi constaté au cours de ces dernières années, l’explosion du secteur avec la création de plusieurs boutiques en ligne. Nombreuses  cependant ont fermé boutique après seulement quelques mois d’activité.

Il faut également rappeler que le taux de conversion d’un visiteur dans le secteur tourne autour de 10 %, avec certains secteurs, comme le drive, qui arrivent à atteindre des taux de conversion de plus de 35 %.
Nous voulons passer en revue dans cet article, quelques-uns des aspects qui clouent le e-commerce en Côte d’Ivoire.

1) Le cout des produits

Les produits vendus sur les sites de e-commerce affichent très souvent des prix plus élevés que ceux disponibles sur le marché. Ce constat est surtout visible sur les accessoires téléphoniques, téléphones et autre produits électroniques. Ceci s’explique principalement parce que les entreprises de commerce en ligne, mettent une marge sur le prix.

2) Plus de revendeurs que de vendeurs

Le secteur reste encore dominé par des revendeurs. Le cout des marchandises vendu est ainsi parfois plus élevé que sur le marché classique. Notons que l’avantage premier du e-commerce reste la baisse de charge donc par ricochet des couts, mais ce n’est pas encore le cas sur certains sites.

La grande diversité de site donne l’opportunité aux clients de chercher le meilleur prix afin de faire son achat. Pour certains produits par exemple, pour un cout réel de 10 000 FCFA, nous pouvons atteindre les 14 000 FCFA voir plus si on y ajoute les frais de transport et les marges des e-commerçants.

Les problèmes des sites de E-Commerce en Côte d'ivoire

3) Les questions de Livraison

La véritable plaie du e-commerce reste les délais de livraison. Parfois trop long selon les sites, elle va de 2 jours et peut atteindre les 3 mois. Pour des produits que vous voulez acquérir rapidement, ceci pose un vrai problème, surtout que ces produits sont déjà disponibles dans les boutiques classiques immédiatement.

Le non-respect des délais de livraison emmène plusieurs acheteurs à annuler leur commande simplement. La grande majorité de l’entreprise utilise les services de livraison, qui fonctionnent sous le modèle de la mutualisation. Quand on sait qu’un livreur doit parcourir plusieurs quartiers, avec ce qu’il y a comme embouteillage et attente des clients, aucun client ne sait avec précision le moment ou il recevra son produit. Étant ainsi obligé de perdre une journée à attendre.

Les livraisons à l’intérieur du pays, plus couteuse, et plus longue, empêchent les acheteurs de l’intérieur de profiter de nouveau type de commerce.

4) Les livreurs

Les livreurs étant dans la plupart des cas des agents d’autres entreprises spécialisées, leurs patiences, et responsabilité sont souvent en causes dans les livraisons bâclées. Très peu formé, ou formé sur le tas, il manque de tact devant certaines situations. Un livreur qui se met à discuter avec un client ou les autres problèmes de monnaie sont autant de cas que nous rencontrons.

De plus certain produit plus techniques ont besoin de plus explications, de plus de démonstrations. Choses qui sont facilement exécutables dans une boutique classique, mais avec les livreurs, ce n’est pas le cas.

Notons aussi que la livraison de certains produits fragiles, comme les écrans, produits vivriers, les produits frais, nécessite, une bonne gestion du livreur.

Les problèmes des sites de E-Commerce en Côte d'ivoire

5) Retour de marchandise et garantie

Les garanties et retours de marchandise restent un point important dans le commerce. Le secteur du e-commerce ne dérogera donc pas à cette règle. Le secteur étant dominé par des revendeurs, les retours de marchandises sont un véritable parcours de combattant pour l’acheteur. Les conditions de retour, trop souvent ignoré par les acheteurs, on parle de 7/10 qui ne les lisent pas, sont souvent la cause d’incompréhension entre les deux parties.

Nous avons noté ce cas ou pour un retour sur une machine à laver qui s’amène avec son scooteur. Nous avons bien rigolé, mais le concerné beaucoup moins.

Il faudra donc veiller à rendre les conditions d’utilisation et de livraison visible sur le site, dans le panier et dans les mails de confirmation de commande.

A LIRE : LE PROFIL TYPE DU E-ACHETEUR

6) La qualité des produits

Dans le secteur, l’acheteur se fie aux photos disponibles sur le site. Il n’est pas rare de tomber sur des produits, qui n’ont rien à voir avec ceux commandés. Les produits ne sont également pas suffisamment détaillés, donc un véritable souci de conformité des produits avec livrés à l’acheteur.

De plus nous retrouvons sur de nombreux sites des produits contrefaits, qui sont souvent vendus au prix fort. Il n’est également pas rare de retrouver des articles de marques à des prix très bas. Les acheteurs les moins aguerris se font souvent prendre.

Les problèmes des sites de E-Commerce en Côte d'ivoire7) L’ergonomie des sites de e-commerce

L’utilisation des sites de e-commerce se base sur la création de comptes. Aujourd’hui les utilisateurs craignent de se faire spammer par des offres à n’en plus finir, et refusent de s’enregistrer pour leur achat. Les boutiques en ligne gagneraient à penser à ces personnes qui veulent commander sans donner beaucoup de détails sur leurs personnes avec l’utilisation de compte invité.

Les sites sont désormais beaucoup plus ergonomiques. Mais nous notons que certains sont encore difficiles à utiliser pour l’utilisateur moyen. Les couleurs choisies, la disposition des barres de recherche, les animations sur les pages, le manque de descriptions des produits sont autant de freins pour les utilisateurs.

8) La sécurité des transactions

La sécurisation des transactions reste un problème crucial. Entre les livreurs qui disparaissent avec des marchandises, les acheteurs qui sont prêts à agresser les livreurs, la sécurité dans le secteur n’est pas encore au point. Certaines zones ne sont donc pas desservies pour ces raisons.

9) Les modes de paiement

Les problèmes des sites de E-Commerce en Côte d'ivoire

Les acteurs du secteur font beaucoup d’effort pour diversifier les modes de commandes, entre les cartes bancaires et les solutions de mobile money, les utilisateurs utilisent principalement le paiement à la livraison.

Ce mode, bien que rassurant pour les clients, entraine souvent des discussions pour de la monnaie. Il est fréquent de rencontrer également des utilisateurs qui veulent négocier le prix lors de la livraison.

10) Mauvaise gestion des stocks de marchandise

Devant la diversité des produits, certaines boutiques souffrent d’une mauvaise gestion des stocks. Les empêchant ainsi de satisfaire les clients à temps. Le manque de spécialisation des boutiques est également un problème pour les utilisateurs qui se retrouvent avec 50 boutiques qui vendent le même produits.

Les problèmes des sites de E-Commerce en Côte d'ivoire

Le secteur reste pourtant l’un des plus dynamiques avec des perspectives de croissance forte. Vous voulez vous lancer dans le secteur, n’hésitez surtout pas. Prenez soin d’avoir une offre spécialisée, et suivez ces quelques points et vous serez pourquoi pas le prochain Amazon.

Voilà notre petit tour, si vous avez également noté d’autres problèmes dans le E-commerce, merci de nous laisser vos impressions en commentaire.


Côte d’Ivoire : Orange domine le marché de la téléphonie, MTN leader de l’internet mobile

Côte d’Ivoire : Orange domine le marché de la téléphonie, MTN leader pour l’internet mobile

Les usages des technologies sont de plus en plus tournés vers les mobiles et l’internet mobile. L’accessibilité à internet est restée pendant longtemps limitée aux grandes villes et agglomérations. Aujourd’hui cet usage est de plus en plus vulgarisé avec les avancées réalisées dans le domaine de la téléphonie mobile.

mobile-smartphones-pile-ss-1920

De nombreux utilisateurs aujourd’hui arrivent à se connecter à la toile mondiale grâce à leur mobile. Et cela est visible dans plusieurs régions du pays. La couverture nationale en terme d’internet fixe fait défaut. L’internet mobile essaie tant bien que mal de couvrir se vide par une meilleure couverture du territoire national.

Il reste encore beaucoup à faire surtout en termes de qualité et de service

Le secteur de la téléphonie mobile avec un taux de pénétration dépassant les 100 %, est donc un bon baromètre pour les usages futurs. Les entrepreneurs locaux gagneraient donc à se tourner vers ces technologies et proposer de plus en plus de solutions innovantes pour profiter de la croissance de ce secteur-clé. La qualité des services loin du cout, est un véritable obstacle pour l’utilisation des technologies mobiles. L’arrivée des nouvelles normes et technologies devraient permettre de répondre à ces besoins.

Téléphonie Fixe : Une absence d’investissement

Le téléphone fixe est aujourd’hui beaucoup moins utilisé. Les lignes sont insuffisantes et le développement d’infrastructures pour son déploiement est à l’arrêt. Nous pouvons donc compter 280 904 abonnés à la téléphonie fixe. Ces abonnés sont partagés entre les deux opérateurs du secteur. Orange via sa filiale Ci Télécom avec 268 826 abonnés et MTN Fixe avec 12 278 abonnés.

artci_fixe_2016

Téléphonie Mobile : Un taux de pénétration hors normes

Le secteur de la téléphonie mobile est en forte croissance. Avec plus de 24 554 491 abonnés pour une population de 23 millions d’habitants (recensement 2015), le taux de pénétration de la téléphonie mobile dépasse les 100 %.
Orange avec plus de 11 253 361 abonnés reste le leader sur le marché suivi par MTN avec 7 904 339 d’abonnés et Moov avec 5 396 791 abonnés.

artci_telephone_mobile_2016

Internet Fixe : Le grand vide technologique

Tout comme le téléphone fixe, les limites du développement de l’internet fixe sont le manque de déploiement de technologie adéquat, la difficulté de déploiement de ces technologies et l’accès inexistant dans plusieurs région de Côte d’Ivoire. Quand on sait que l’internet fixe reste le plus stable et le moins couteux, nous comprenons aisément, les investissements réalisés pour permettre une meilleure couverture en fibre optique du territoire national.

Avec plus de 109 492 abonnés, l’internet fixe est encore limité, et son développement problématique. Orange de par sa filiale Aviso avec 61 306 abonnés reste le leader sur ce marché, suivi par MTN internet avec 39 823 abonnés. Yoomee dispose de 6084 abonnés, Vipnet 2219 abonnés et enfin Alink Télécom de 60 abonnés.

artci_internet_fixe_2016

Comparatif Internet MobileInternet Mobile : MTN Leader de l’internet mobile

Devant les difficultés de déploiement et d’accessibilité de l’internet fixe, l’internet mobile bien que limité, et pas stable, reste le moyen le plus simple pour les utilisateurs pour ne pas être en marge du village planétaire au travers d’internet. Les couts et la qualité des services offerts restreignent encore le nombre d’utilisateurs. Mais la croissance du secteur fortement lié à celle de la téléphonie mobile laisse une forte marge de manœuvre aux opérateurs. Avec l’arrivée de la technologie 4G, le niveau de couverture de l’internet mobile devrait assurer au secteur une croissance plus dynamique.

4G vs 3G

Avec plus de 6 717 616 abonnés, le secteur de l’internet mobile est dominé par MTN avec 2 910 211 abonnés, suivi d’Orange avec 2 702 203 abonnés et Moov avec 1 105 202 Abonnés.

artci_internet_mobile_2016

 

Sources Statistiques : ARTCI

Interview : 7 questions à Cyriac Gbogou

Interview : 7 questions à Cyriac Gbogou

Phonerol reçoit ce jeudi 07 juillet 2016, dans le cadre de la rubrique Interview, Cyriac Gbogou, activiste web, blogueur et cofondateur d’un espace de coworking appelé ovillage. Cyriac Gbogou partagera avec nous ses projets, ses passions et des conseils à la jeunesse qui a envie de faire bouger les choses.

Cyriac Gbogou

Phonerol : Bonjour pouvez-vous vous présenter ?
Cyriac Gbogou : Je suis Cyriac Gbogou, blogueur et cofondateur d’un espace de coworking qui s’appelle ovillage situé en zone 4.

Phonerol : Pouvez-vous nous en dire plus sur ovillage votre espace de coworking ?
Cyriac Gbogou : Ovillage est un tiers lieu libre. Dans cet espace nous essayons de répondre à 3 besoins qui sont :
Le premier c’est que nous avons constaté que les Ivoiriens passent en moyenne 1 h dans les embouteillages par jour. Il fallait donc créer un espace qui n’est ni le bureau ni la maison ou ils pourraient venir travailler avec les mêmes commodités que celles disponibles dans les entreprises.

Nous avons également constaté qu’il y a un gap entre la formation qui est donnée dans les écoles et les besoins des entreprises. Cet espace se veut également le lieu idéal pour rendre ces jeunes viables pour le marché de l’emploi, et faire d’eux des personnes ressources pour les entreprises.

Enfin, nous avons remarqué qu’il y a un fossé entre le monde rural et le monde urbain. Ovillage se veut cet espace ou nous allons créer des projets et des initiatives à l’endroit des populations rurales afin qu’elles soient au parfum de ce qui se passe dans les grandes villes.

Phonerol : Avec le temps quels sont les obstacles que vous avez rencontrés ?
Cyriac Gbogou : Le premier obstacle était de faire comprendre le concept du partage de connaissance. Ce qui nous a pris 2 ans à expliquer. Il nous fallait inviter les personnes à partager ce qu’ils ont comme connaissance gratuitement et librement.

Il nous fallait également faire comprendre le concept de la cocréation. Nous pouvions monter et travailler sur des projets à plusieurs sans en être les leaders. Chacun apportant sa pierre afin de faire avancer le projet.
Le libre, il nous fallait enfin faire intégrer l’utilisation des logiciels libres dans nos activités. Nous croyons que l’Afrique a besoin des logiciels libres pour pouvoir garder de l’argent et pouvoir le réinvestir dans d’autres domaines, notamment la santé, l’éducation, etc.

Nous sommes également en train de rechercher du financement pour agrandir cet espace. Nous recevons beaucoup de demandes et l’étroitesse de l’espace est un frein qui nous empêche de recevoir plus de personnes.

ovillage

A LIRE : 7 Questions à…

Phonerol : Quels conseils pour cette jeunesse qui se veut se lancer dans des activités sur internet ?
Cyriac Gbogou : La patience et l’amour de ce qu’on fait. Il ne faut surtout pas rechercher des gains immédiats. Pour imager, nous pouvons dire que c’est des graines que l’on met en terre et que l’on doit arroser. Ceci demande un entretien quotidien et du travail.

Il faut aussi qu’ils soient passionnés par ce qu’ils font. Il ne faut pas chercher le gain pour nous, mais rechercher le gain pour l’autre.
Nous avons vu des projets naitre, aujourd’hui, ces porteurs ont gagné des millions, mais cela ne nous a pas empêchés de continuer.

Phonerol : Quelles sont vos sources de motivation ?
Cyriac Gbogou : Voir cette Afrique changée. Nous ne voulons plus voir des jeunes payer de l’argent et aller mourir en mer. Beaucoup espère que là-bas est mieux qu’ici, alors que nous avons tout ici. Comme nous aimons à le dire dans un de nos slogans qui est une pensée de Florent Youzan, Cofondateur de Ovillage, chaque problème d’un Africain est une idée d’entreprises. Faisons de nos problèmes des initiatives, des entreprises et nous verrons que l’Afrique sera meilleure et pourquoi pas le meilleur des continents.

Chaque problème d’un Africain est une idée d’entreprises. Florent Youzan

Phonerol : Quels sont vos projets à venir ?
Cyriac Gbogou : Construire ce village, ce village qui sera à cheval entre notre culture et la technologie. Ce village ou tout le monde pourra venir travailler et échanger. Et pourquoi pas, faire de ovillage cette future Silicon Valley de la sous région. Je pense que nous sommes sur la bonne voie.

Phonerol : Quel est votre mot de fin ?
Cyriac Gbogou : Pour finir, je dirais que le village est ouvert à tout le monde. On me demande souvent comment devenir villageois, c’est simple, vous devez juste participer à une nos activités. Devenir villageois c’est franchir la porte de notre village. C’est dire que tout le monde est villageois. Nous vous attendons tous pour que nous puissions développer ensemble non seulement la Cote d’Ivoire, mais aussi l’Afrique.

www.ovillage.ci
info@ovillage.ci
+225 22 00 58 50
Cyriac Gbogou : 09 20 72 07

View Larger Map

Nigeria : eBay en partenariat avec MallForAfrica

Nigeria : eBay en partenariat avec MallForAfrica

Selon un rapport de Tech Crunch, le géant du e-commerce mondial Ebay a décidé de faire équipe avec la team de MallForAfrica.com afin de permettre aux vendeurs américains d’avoir accès aux plus grands marchés de consommation africains.

ebay and mallforafrica

Selon ce rapport, le partenariat permettra le lancement d’une nouvelle plateforme dédiée, dans le courant du mois de juillet 2016.

Fermando Saiz, Directeur du développement chez Ebay, souligne que cette plateforme permettra aux vendeurs américains qui ont un rang de plus de 300 étoiles de vendre leurs produits aux acheteurs du Nigeria et du Kenya.

A LIRE : LE PROFIL TYPE DU E-CONSOMMATEUR IVOIRIEN

Le Ghana sera également ajouté à cette liste de pays d’ici à la fin de l’année. Le partenariat sera principalement financier, en moyen marketing et logistique. Notons également que le géant Ebay n’a pris aucune part dans MallForAfrica.

MallforAfrica.com est soutenu par la société privée de capitaux britanniques Helios Investment Partners et d’entreprise comme Hawes and Curtis et la chaine de magasins Macy.

L’objectif de ce site est de permettre aux acheteurs africains de profiter des opportunités offertes par ebay.

Source

Kaymu, Lamudi, Camudi, Vendito, Erverjobs, HelloFood, Jovago deviennent Jumia

Kaymu, Lamudi, Camudi, Vendito, Erverjobs, helloFood, Jovago deviennent Jumia

Surprise ce jeudi 23 juin 2016, Jumia a annoncé que plusieurs de ses services en Côte d’Ivoire et partout dans le monde changent de nom. Tous les produits du groupe porteront le nom Jumia, Kaymu devient Jumia Market, de même Vendito devient Deals, Jovago devient Travel, Camudi devient Car, Lamudi devient House, Everjobs devient Jobs et HelloFoods devient Foods.

Jumia

Jumia change de nom afin de pouvoir s’assurer une meilleure communication sur ses produits et également mieux vendre la marque. Le nom fait vendre et Jumia a su au fil des années se faire une place de choix dans l’univers du e-commerce africain. Certains produits n’ont cependant pas eu autant de succès que les autres notamment Kaymu qui est considéré à tord ou à raison comme une boutique de seconde zone au détriment des autres.

Jumia est aujourd’hui une référence, et changer le nom de ces produits permettra de mettre en avant la marque, sa qualité, son expertise, sur l’ensemble de ses produits et services. De plus les nouveaux noms plus explicites permettent à l’utilisateur de mieux comprendre le produit ou le service délivré.

A LIRE : PROFIL TYPE DU E-CONSOMMATEUR IVOIRIEN

Voici une cure de jouvence pour le paysage du e-commerce, avec un nouveau souffle pour Jumia Group. Avec ces nouveaux noms, c’est plus de clarté, c’est beaucoup moins de danger, et c’est plus de la transparence dans l’activité du groupe.

De plus communiqué sur une marque est moins couteux que communiqué sur plusieurs produits, et cela empêche également que certains produits empiètent sur les pas d’autres.

Nous espérons que cela permettra au groupe de proposer des produits de qualité, de réduire les prix et de permettre aux utilisateurs de garder confiance dans le e-commerce.

E-commerce en Côte d’Ivoire : voici le profil type du cyberconsommateur

E-commerce en Côte d’Ivoire : voici le profil type du cyberconsommateur

Qui achète le plus sur internet en Côte d’Ivoire ? Est-ce les hommes ? Les femmes ? Qu’achètent-ils exactement et quels sont leurs centres d’intérêt ? Quand et par quel moyen accèdent-ils au shopping en ligne ? Telles sont les questions auxquelles vient répondre un récent rapport sur le E-commerce en Côte d’Ivoire rendu public par Kaymu Côte d’Ivoire, une entreprise spécialisée dans le commerce en ligne.

Ce rapport qui s’appuie sur une étude menée sur une période de deux ans, auprès d’un échantillon de 500.000 visiteurs a permis de recueillir des informations clés permettant de dresser le profil type du cyber-consommateur en Côte d’Ivoire. Les informations recueillies reposent principalement sur des outils d’analyses internes et publics, renforcées par différents rapports sectoriels en marketing et en Business Intelligence.

Les [25-34] ans, adeptes des sites de e-commerce

Il ressort de ce rapport que les internautes les plus actifs sur les sites de vente en ligne sont des visiteurs dont la tranche d’âge se situe entre 25 et 34 ans (33 %), suivis de près par les 35-44 ans (27 %) et les 18-24 ans (22 %).

Les hommes achètent plus que les femmes sur internet

Toujours selon cette étude menée, on constate que 59,5 % des transactions sont effectuées par les hommes contre 40.5 % pour les femmes. Ce chiffre désapprouve le mythe selon lequel les femmes sont plus enclines au shopping que les hommes.

Abidjan, capitale du shopping en ligne

Sans grande surprise, le rapport permet d’observer que la ville d’Abidjan occupe la première place en termes d’achat sur internet (74 %), suivis des villes de Bouaké (12 %) Daloa (4,5 %) et enfin Yamoussoukro (4 %). Il est intéressant de soulever que 7 % des commandes ont été néanmoins effectuées depuis d’autres villes de Côte d’Ivoire, invitant ainsi à l’extension de l’activité à l’intérieur du pays.

L’emploi, premier centre d’intérêt des internautes ivoiriens

Si cette étude publiée dresse le profil du cyber consommateur ivoirien, il est bon cependant de constater que les tendances e-commerce en Côte d’Ivoire en matière de segments sur le marché sont restées beaucoup plus enclins à l’emploi. Les faits montrent que les internautes ivoiriens sont surtout intéressés par la recherche d’offres d’emploi, suivis par les sites de rencontre. Enfin les amateurs d’électroniques et de Smartphones occupent la 3ème position.

Le paiement à la livraison, ça fonctionne

Selon Ismael REBIERE-IDIADO, Directeur-Pays de Kaymu Côte d’Ivoire, nul doute que cette étude menée bénéficiera aux étudiants, intéressés et futurs entrepreneurs du e-commerce, car apportant une base de documentation à un secteur d’activité encore méconnu et qui nécessite l’implication et la participation des différents représentants privés et publics.

La suite…

Retrouvez ci-dessous les chiffres-clefs et découvrez l’intégralité de l’étude en suivant ce lien  www.kaymu.ci/tendances-ecommerce-cote-d-ivoire-2015/

Merci à Audrey Sévérine Blé pour cet article.

MTN Côte d’Ivoire et AGF : les CEO se prêtent aux questions

Twitter : Mr Freddy TCHALA CEO de MTN Côte d’Ivoire et Mr Félix BIKPO CEO de AGF se prêtent aux questions de la TwittoSphere.

MTN Côte d’Ivoire

Ce jeudi 16 juin 2016 entre 10 h et 11 h GMT, Mr Freddy TCHALA CEO de MTN Côte d’Ivoire et Mr Félix BIKPO CEO de AGF (African Guarantee Fund ) se sont prêtés aux questions de la TwittoSphere. Vous pourrez retrouver l’ensemble des échanges en suivant le hashtag #MTNCITweetGuest sur Twitter. Nous vous proposons un petit rappel dans cet article des échanges qui ont eu lieu pendant ce moment.

Allons pour les questions et les réponses des CEO de MTN Côte d’Ivoire et de l’AGF

Et encore …

Il est malheureusement resté des questions sans réponses.

Merci pour cet échange à MTN Côte d’Ivoire, vous pouvez retrouver l’intégralité en cliquant sur le hashtag #MTNCITweetGuest sur twitter.

Si vous avez des réponses aux questions, ou si vous avez d’autres questions, nous pouvons échanger en commentaires, simples n’est-ce pas.

Interview : 7 questions à Mariette Yao

Et de 2 pour cette journée avec Phonerol ce mercredi 15 juin 2016, nous recevons Mariette Yao, analyste programmeur, passionnée de TIC, et un cœur grand comme ça. Blogueuse et bénévole, elle donne de son temps pour aider les causes nobles. Let’s Go.

Mariette Yao

Phonerol : Pouvez-vous vous présenter ?
Bonjour, je suis Mariette Yao, analyste programmeur, bénévole, blogueuse et aussi freelance writer.

Phonerol : Les femmes dans les TICS, nous en trouvons très peu, quelles pourraient en être les causes selon vous ?
Les causes sont généralement liées aux clichés, comme dans beaucoup de filières scientifiques, beaucoup de femmes pensent à tort que ce sont des chemins inaccessibles ou dédiés de facto aux hommes. Elles ne s’y frottent donc pas. Elles ne vont pas au contact pour savoir ce qu’il y a et se faire leur propre opinion. On notera également le manque d’informations sur les TIC.

Phonerol : Comment faire pour intéresser les femmes aux TIC ?
Il faudra les sensibiliser, leur montrer que le milieu des TIC n’est pas un milieu fermé. Également qu’il y a plusieurs femmes qui y travaillent et qui s’en sortent très bien. Il faudra également présenter les filières liées aux TIC, que les femmes comprennent que technique ou pas, elles sont accessibles à tous.  Il faudra qu’elles aient beaucoup plus de connaissances et d’informations, ainsi qu’une meilleure visibilité sur le secteur. Les technologies représentent l’avenir, les TIC s’insèrent de plus en plus dans notre quotidien donc les femmes devront les utiliser ou y seront contraintes, alors pourquoi ne pas en faire son métier, pourquoi ne pas faire le pas.

De plus pour les femmes qui sont des mères de famille, elles sont les mères des futures générations, les femmes peuvent être ainsi des guides pour leurs enfants et leur montrer le chemin, et aussi les éduquer dans ce sens.

Mariette Yao

Phonerol : Comme vous l’avez souligné, les enfants sont l’avenir, comment les inciter et leurs faire éviter tout ce qui est broutage et autres ?
Surtout de façon ludique, les enfants sont la pépinière de demain, le développement de notre pays repose sur les enfants. Il faut donc leur apprendre pratiquement tout. Surtout leur donner de la matière à apprendre.

Leur montrer l’importance de la technologie, leur montrer comment utiliser les TIC de manière plus ludique et plus constructive. Et dans ce cadre nous avons mis en place un projet, plutôt une amicale qui soutient plusieurs projets dans ce sens, qui est dénommée les amis du numérique, LAN.

A LIRE : Africa woman awards 2016/

Phonerol : pouvez-vous nous en dire plus sur ce projet Mariette Yao ?
LAN est une amicale de personnes qui s’intéressent aux technologies et qui prennent de leur temps pour partager cela avec l’autre, avec les plus jeunes en particulier. L’amicale est donc beaucoup axée sur les enfants. Il nous faut trouver les écoles qui sont prêtes à nous accueillir, avoir la disponibilité des parents et des enfants pour permettre aux enfants de suivre les cours et les formations.

Phonerol : Que vous manque-t-il pour la mise en œuvre de votre projet ?
Nous avons besoin de façon pratique d’ordinateurs à bas prix, avec des programmes informatiques de base, afin que les enfants puissent s’exercer même après les formations. Nous savons que certaines entreprises et organisations de la place offrent à certaines écoles des salles numériques, notamment MTN, et nous serions ravis de pouvoir mettre notre savoir au service de ces écoles pour apprendre aux élèves de ces établissements comment manipuler et utiliser les TIC au quotidien. L’objectif étant de les intéresser dès le bas âge aux TIC.

Pour Finir

Mariette Yao

Phonerol : Merci à vous, quel est votre dernier mot Mariette Yao ?
Merci à phonerol.com, grâce à ce type de magazine, la population peut en savoir un peu plus sur les technologies. C’est aussi cela qui pourra permettre aux femmes d’être au fait de ce qui se fait du côté des TIC en Afrique.
J’aimerais aussi profiter de cette lucarne pour informer vos lecteurs qu’ils me retrouveront désormais chaque semaine ou deux dans une capsule vidéo, ou nous parlerons de TIC sur la chaine YouTube et sur le site.

Les TIC représentent l’avenir et nous devrons nous y mettre au risque de devenir les analphabètes de demain.

%d blogueurs aiment cette page :