vendredi , 24 novembre 2017

Interview : 7 questions à Mariette Yao

Et de 2 pour cette journée avec Phonerol ce mercredi 15 juin 2016, nous recevons Mariette Yao, analyste programmeur, passionnée de TIC, et un cœur grand comme ça. Blogueuse et bénévole, elle donne de son temps pour aider les causes nobles. Let’s Go.

Mariette Yao

Phonerol : Pouvez-vous vous présenter ?
Bonjour, je suis Mariette Yao, analyste programmeur, bénévole, blogueuse et aussi freelance writer.

Phonerol : Les femmes dans les TICS, nous en trouvons très peu, quelles pourraient en être les causes selon vous ?
Les causes sont généralement liées aux clichés, comme dans beaucoup de filières scientifiques, beaucoup de femmes pensent à tort que ce sont des chemins inaccessibles ou dédiés de facto aux hommes. Elles ne s’y frottent donc pas. Elles ne vont pas au contact pour savoir ce qu’il y a et se faire leur propre opinion. On notera également le manque d’informations sur les TIC.

Phonerol : Comment faire pour intéresser les femmes aux TIC ?
Il faudra les sensibiliser, leur montrer que le milieu des TIC n’est pas un milieu fermé. Également qu’il y a plusieurs femmes qui y travaillent et qui s’en sortent très bien. Il faudra également présenter les filières liées aux TIC, que les femmes comprennent que technique ou pas, elles sont accessibles à tous.  Il faudra qu’elles aient beaucoup plus de connaissances et d’informations, ainsi qu’une meilleure visibilité sur le secteur. Les technologies représentent l’avenir, les TIC s’insèrent de plus en plus dans notre quotidien donc les femmes devront les utiliser ou y seront contraintes, alors pourquoi ne pas en faire son métier, pourquoi ne pas faire le pas.

A Voir  AFRIQUE DU SUD : Trois lycéennes travaillent sur un satellite qui sera mis en orbite en 2016

De plus pour les femmes qui sont des mères de famille, elles sont les mères des futures générations, les femmes peuvent être ainsi des guides pour leurs enfants et leur montrer le chemin, et aussi les éduquer dans ce sens.

Mariette Yao

Phonerol : Comme vous l’avez souligné, les enfants sont l’avenir, comment les inciter et leurs faire éviter tout ce qui est broutage et autres ?
Surtout de façon ludique, les enfants sont la pépinière de demain, le développement de notre pays repose sur les enfants. Il faut donc leur apprendre pratiquement tout. Surtout leur donner de la matière à apprendre.

Leur montrer l’importance de la technologie, leur montrer comment utiliser les TIC de manière plus ludique et plus constructive. Et dans ce cadre nous avons mis en place un projet, plutôt une amicale qui soutient plusieurs projets dans ce sens, qui est dénommée les amis du numérique, LAN.

A LIRE : Africa woman awards 2016/

Phonerol : pouvez-vous nous en dire plus sur ce projet Mariette Yao ?
LAN est une amicale de personnes qui s’intéressent aux technologies et qui prennent de leur temps pour partager cela avec l’autre, avec les plus jeunes en particulier. L’amicale est donc beaucoup axée sur les enfants. Il nous faut trouver les écoles qui sont prêtes à nous accueillir, avoir la disponibilité des parents et des enfants pour permettre aux enfants de suivre les cours et les formations.

Phonerol : Que vous manque-t-il pour la mise en œuvre de votre projet ?
Nous avons besoin de façon pratique d’ordinateurs à bas prix, avec des programmes informatiques de base, afin que les enfants puissent s’exercer même après les formations. Nous savons que certaines entreprises et organisations de la place offrent à certaines écoles des salles numériques, notamment MTN, et nous serions ravis de pouvoir mettre notre savoir au service de ces écoles pour apprendre aux élèves de ces établissements comment manipuler et utiliser les TIC au quotidien. L’objectif étant de les intéresser dès le bas âge aux TIC.

A Voir  CivBlogs : L'annuaire de la Blogosphère Ivoirienne et Africaine

Pour Finir

Mariette Yao

Phonerol : Merci à vous, quel est votre dernier mot Mariette Yao ?
Merci à phonerol.com, grâce à ce type de magazine, la population peut en savoir un peu plus sur les technologies. C’est aussi cela qui pourra permettre aux femmes d’être au fait de ce qui se fait du côté des TIC en Afrique.
J’aimerais aussi profiter de cette lucarne pour informer vos lecteurs qu’ils me retrouveront désormais chaque semaine ou deux dans une capsule vidéo, ou nous parlerons de TIC sur la chaine YouTube et sur le site.

Les TIC représentent l’avenir et nous devrons nous y mettre au risque de devenir les analphabètes de demain.

Comments

comments

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

%d blogueurs aiment cette page :