vendredi , 24 novembre 2017

Interviews

Interview : 7 Questions à Arnaud Dapa, Digital Manager de la regional.info

Interview : 7 Questions à Arnaud Dapa, Digital Manager de la regional.info

Phonerol reçoit ce jeudi 25 mai 2017, dans le cadre de la rubrique Interview, Arnaud Dapa. Digital Manager et Manager Opérationnel à la Regionale.info, Mr Dapa est un jeune cadre dynamique, travailleur et passionné. Let’s Go.

Arnaud Dapa

1) Qui est Arnaud Dapa ?

Je suis quelqu’un comme tout le monde qui essaie de construire quelque chose, avoir sa place dans la société. Quelqu’un qui veut être utile à tout le monde. Je suis passionné par tout ce qui est communication digitale, j’ai commencé comme rédacteur web, ensuite rédacteur en chef. J’ai participé à plusieurs projets, j’ai été aussi community manager en entreprise et sur plusieurs projets.

Aujourd’hui je gère une équipe de rédacteur web, à la regional.info, et j’évolue dans la communication digitale. Mon objectif c’est de montrer que le jeune africain et jeune ivoirien peut travailler de façon consciencieuse et professionnelle, et faire un rendu excellent sans avoir été dans les grandes écoles européennes. Avec l’avènement d’internet tout le monde peut exceller.

2) Mr Dapa qu’est ce que le numérique offre comme opportunité aux jeunes Africains ?

Le numérique permet de gagner en temps en terme de résolution de problèmes. Il permet d’identifier facilement les besoins de la société et d’y répondre. Le numérique permet de créer de l’emploi et même créer son métier.

La plupart des personnes après l’école cherchent un emploi, aujourd’hui avec le numérique vous pouvez créer votre emploi et de créer des sources de revenus.

Pour les entreprises, le numérique pourra leurs permettre d’être compétitif. Avec internet nous avons accès à une bibliothèque énorme de connaissance. Nous pouvons apprendre par exemple comment vendre, comment trouver des clients, etc.

Arnaud Dapa

3) Arnaud Dapa, comment c’est fait le pont entre la faculté d’histoire et le numérique ?

Par nature je suis une personne curieuse, et j’aime la communication. De l’histoire à la communication, avant le bac je souhaitais faire un parcours en communication. J’ai été orienté en histoire vu les notes que j’avais, après une première année à l’université j’ai décidé de m’inscrire en communication dans une grande école en plus des cours à l’université.

Le déclic est venu de ma première expérience de rédacteur web, ça c’est fait justement via les réseaux sociaux. J’ai alors commencé à découvrir ce secteur. De par mon caractère curieux j’ai commencé à fouiller et j’ai découvert ce secteur.

J’ai ensuite connu le métier de community manager, j’ai été community manager par la suite puis responsable d’une équipe de rédacteur. Aujourd’hui avec plus de 5 ans d’exercice, je suis en charge d’une équipe de rédacteur et un journal en ligne. Je suis digital manager, ce qui me permet de gérer une équipe et les des stratégies digitales.

Avec l’avènement d’internet tout le monde peut exceller. Avec internet nous avons accès à une bibliothèque énorme de connaissance.

4) Qu’est ce qui fait courir Arnaud Dapa ?

J’ai envie d’être utile et partager l’expérience que j’ai eue. Ce qui, je pense, manque à beaucoup. Les métiers du digital comme le community manager son à mon sens un peu mal compris par certains.

Donc quand il y a possibilité, d’apporter des éclaircis ou un accompagnement sur un projet, je n’hésite pas à le faire, juste pour que tout le monde puisse comprendre quelles sont les bonnes pratiques, quels sont les enjeux du secteur, les attentes et comment travailler de manière professionnelle. l’objectif étant de rendre un résultat satisfaisant. Il faut agir en fonction des normes du secteur.

Arnaud Dapa

Je préfère être le modèle unique de moi même

5) Quels sont les sources de motivations de Arnaud Dapa, a-t-il des modèles dans le digital?

J’ai eu le soutien de personnes qui m’ont accompagné au début, notamment Mr Jean Patrick Ehouman. Mais pour ce qui concerne les modèles, je n’en ai pas vraiment eu. Je n’ai pas envie de ressembler à quelqu’un, je m’intéresse plus aux techniques, plutôt qu’aux personnes.

Surtout que je suis plus technique, donc je reste focus sur des techniques, et les tendances. Ce ne sont pas les personnes qui m’ont influencé, mais plutôt les techniques utiliser par plusieurs acteurs.

Je préfère être le modèle unique de moi même

6) Quel message pour la jeunesse africaine et la jeunesse ivoirienne ?

Nous sommes aujourd’hui dans un monde concurrentiel de plus en plus exigeant. Dans la recherche du travail, dans le positionnement de soi. Ce qu’il faut faire, c’est avoir confiance en vos capacités et se développer soi même. Nous avons la possibilité de faire mieux, et cela passe par le travail. Les discours politiques restent des discours, mais les actions et les résultats parlent beaucoup mieux.

Beaucoup de jeunes passent par la mer, car ils trouvent qu’il n’y a pas de possibilité ici.
C’est peut-être vrai, mais avec le numérique nous pouvons créer nos emplois ici. Développer des idées, développer des produits qui répondent aux besoins de nos populations.

Il faut donc travailler, travailler consciencieusement, on a la possibilité de faire mieux que les entreprises américaines et européennes. Alors let’s go.

Chaque génération à son combat, nous nous devons aussi de laisser des traces pour les générations futures

Arnaud Dapa

7) Votre mot de fin ?

Merci à Phonerol pour cette interview, je tiens à dire à la jeunesse que chaque génération à son combat.
Le nôtre est de laisser des traces afin de montrer aux générations futures que c’est possible de faire des choses excellentes ici.

Question bonus : Quel acteur du web ivoirien aimerais que Phonerol reçoive ?

Mr Stéphane Agnini, c’est quelqu’un qui fait un travail formidable, qu’il faut mettre en avant. On s’est connu il y a quelques années et nous sommes encore ensemble aujourd’hui. Il est aujourd’hui le Rédacteur en Chef Adjoint de la Regionale.info.

Interview : 7 questions à Cyriac Gbogou

Interview : 7 questions à Cyriac Gbogou

Phonerol reçoit ce jeudi 07 juillet 2016, dans le cadre de la rubrique Interview, Cyriac Gbogou, activiste web, blogueur et cofondateur d’un espace de coworking appelé ovillage. Cyriac Gbogou partagera avec nous ses projets, ses passions et des conseils à la jeunesse qui a envie de faire bouger les choses.

Cyriac Gbogou

Phonerol : Bonjour pouvez-vous vous présenter ?
Cyriac Gbogou : Je suis Cyriac Gbogou, blogueur et cofondateur d’un espace de coworking qui s’appelle ovillage situé en zone 4.

Phonerol : Pouvez-vous nous en dire plus sur ovillage votre espace de coworking ?
Cyriac Gbogou : Ovillage est un tiers lieu libre. Dans cet espace nous essayons de répondre à 3 besoins qui sont :
Le premier c’est que nous avons constaté que les Ivoiriens passent en moyenne 1 h dans les embouteillages par jour. Il fallait donc créer un espace qui n’est ni le bureau ni la maison ou ils pourraient venir travailler avec les mêmes commodités que celles disponibles dans les entreprises.

Nous avons également constaté qu’il y a un gap entre la formation qui est donnée dans les écoles et les besoins des entreprises. Cet espace se veut également le lieu idéal pour rendre ces jeunes viables pour le marché de l’emploi, et faire d’eux des personnes ressources pour les entreprises.

Enfin, nous avons remarqué qu’il y a un fossé entre le monde rural et le monde urbain. Ovillage se veut cet espace ou nous allons créer des projets et des initiatives à l’endroit des populations rurales afin qu’elles soient au parfum de ce qui se passe dans les grandes villes.

Phonerol : Avec le temps quels sont les obstacles que vous avez rencontrés ?
Cyriac Gbogou : Le premier obstacle était de faire comprendre le concept du partage de connaissance. Ce qui nous a pris 2 ans à expliquer. Il nous fallait inviter les personnes à partager ce qu’ils ont comme connaissance gratuitement et librement.

Il nous fallait également faire comprendre le concept de la cocréation. Nous pouvions monter et travailler sur des projets à plusieurs sans en être les leaders. Chacun apportant sa pierre afin de faire avancer le projet.
Le libre, il nous fallait enfin faire intégrer l’utilisation des logiciels libres dans nos activités. Nous croyons que l’Afrique a besoin des logiciels libres pour pouvoir garder de l’argent et pouvoir le réinvestir dans d’autres domaines, notamment la santé, l’éducation, etc.

Nous sommes également en train de rechercher du financement pour agrandir cet espace. Nous recevons beaucoup de demandes et l’étroitesse de l’espace est un frein qui nous empêche de recevoir plus de personnes.

ovillage

A LIRE : 7 Questions à…

Phonerol : Quels conseils pour cette jeunesse qui se veut se lancer dans des activités sur internet ?
Cyriac Gbogou : La patience et l’amour de ce qu’on fait. Il ne faut surtout pas rechercher des gains immédiats. Pour imager, nous pouvons dire que c’est des graines que l’on met en terre et que l’on doit arroser. Ceci demande un entretien quotidien et du travail.

Il faut aussi qu’ils soient passionnés par ce qu’ils font. Il ne faut pas chercher le gain pour nous, mais rechercher le gain pour l’autre.
Nous avons vu des projets naitre, aujourd’hui, ces porteurs ont gagné des millions, mais cela ne nous a pas empêchés de continuer.

Phonerol : Quelles sont vos sources de motivation ?
Cyriac Gbogou : Voir cette Afrique changée. Nous ne voulons plus voir des jeunes payer de l’argent et aller mourir en mer. Beaucoup espère que là-bas est mieux qu’ici, alors que nous avons tout ici. Comme nous aimons à le dire dans un de nos slogans qui est une pensée de Florent Youzan, Cofondateur de Ovillage, chaque problème d’un Africain est une idée d’entreprises. Faisons de nos problèmes des initiatives, des entreprises et nous verrons que l’Afrique sera meilleure et pourquoi pas le meilleur des continents.

Chaque problème d’un Africain est une idée d’entreprises. Florent Youzan

Phonerol : Quels sont vos projets à venir ?
Cyriac Gbogou : Construire ce village, ce village qui sera à cheval entre notre culture et la technologie. Ce village ou tout le monde pourra venir travailler et échanger. Et pourquoi pas, faire de ovillage cette future Silicon Valley de la sous région. Je pense que nous sommes sur la bonne voie.

Phonerol : Quel est votre mot de fin ?
Cyriac Gbogou : Pour finir, je dirais que le village est ouvert à tout le monde. On me demande souvent comment devenir villageois, c’est simple, vous devez juste participer à une nos activités. Devenir villageois c’est franchir la porte de notre village. C’est dire que tout le monde est villageois. Nous vous attendons tous pour que nous puissions développer ensemble non seulement la Cote d’Ivoire, mais aussi l’Afrique.

www.ovillage.ci
info@ovillage.ci
+225 22 00 58 50
Cyriac Gbogou : 09 20 72 07

View Larger Map

MTN Côte d’Ivoire et AGF : les CEO se prêtent aux questions

Twitter : Mr Freddy TCHALA CEO de MTN Côte d’Ivoire et Mr Félix BIKPO CEO de AGF se prêtent aux questions de la TwittoSphere.

MTN Côte d’Ivoire

Ce jeudi 16 juin 2016 entre 10 h et 11 h GMT, Mr Freddy TCHALA CEO de MTN Côte d’Ivoire et Mr Félix BIKPO CEO de AGF (African Guarantee Fund ) se sont prêtés aux questions de la TwittoSphere. Vous pourrez retrouver l’ensemble des échanges en suivant le hashtag #MTNCITweetGuest sur Twitter. Nous vous proposons un petit rappel dans cet article des échanges qui ont eu lieu pendant ce moment.

Allons pour les questions et les réponses des CEO de MTN Côte d’Ivoire et de l’AGF

Et encore …

Il est malheureusement resté des questions sans réponses.

Merci pour cet échange à MTN Côte d’Ivoire, vous pouvez retrouver l’intégralité en cliquant sur le hashtag #MTNCITweetGuest sur twitter.

Si vous avez des réponses aux questions, ou si vous avez d’autres questions, nous pouvons échanger en commentaires, simples n’est-ce pas.

Interview : 7 questions à Mariette Yao

Et de 2 pour cette journée avec Phonerol ce mercredi 15 juin 2016, nous recevons Mariette Yao, analyste programmeur, passionnée de TIC, et un cœur grand comme ça. Blogueuse et bénévole, elle donne de son temps pour aider les causes nobles. Let’s Go.

Mariette Yao

Phonerol : Pouvez-vous vous présenter ?
Bonjour, je suis Mariette Yao, analyste programmeur, bénévole, blogueuse et aussi freelance writer.

Phonerol : Les femmes dans les TICS, nous en trouvons très peu, quelles pourraient en être les causes selon vous ?
Les causes sont généralement liées aux clichés, comme dans beaucoup de filières scientifiques, beaucoup de femmes pensent à tort que ce sont des chemins inaccessibles ou dédiés de facto aux hommes. Elles ne s’y frottent donc pas. Elles ne vont pas au contact pour savoir ce qu’il y a et se faire leur propre opinion. On notera également le manque d’informations sur les TIC.

Phonerol : Comment faire pour intéresser les femmes aux TIC ?
Il faudra les sensibiliser, leur montrer que le milieu des TIC n’est pas un milieu fermé. Également qu’il y a plusieurs femmes qui y travaillent et qui s’en sortent très bien. Il faudra également présenter les filières liées aux TIC, que les femmes comprennent que technique ou pas, elles sont accessibles à tous.  Il faudra qu’elles aient beaucoup plus de connaissances et d’informations, ainsi qu’une meilleure visibilité sur le secteur. Les technologies représentent l’avenir, les TIC s’insèrent de plus en plus dans notre quotidien donc les femmes devront les utiliser ou y seront contraintes, alors pourquoi ne pas en faire son métier, pourquoi ne pas faire le pas.

De plus pour les femmes qui sont des mères de famille, elles sont les mères des futures générations, les femmes peuvent être ainsi des guides pour leurs enfants et leur montrer le chemin, et aussi les éduquer dans ce sens.

Mariette Yao

Phonerol : Comme vous l’avez souligné, les enfants sont l’avenir, comment les inciter et leurs faire éviter tout ce qui est broutage et autres ?
Surtout de façon ludique, les enfants sont la pépinière de demain, le développement de notre pays repose sur les enfants. Il faut donc leur apprendre pratiquement tout. Surtout leur donner de la matière à apprendre.

Leur montrer l’importance de la technologie, leur montrer comment utiliser les TIC de manière plus ludique et plus constructive. Et dans ce cadre nous avons mis en place un projet, plutôt une amicale qui soutient plusieurs projets dans ce sens, qui est dénommée les amis du numérique, LAN.

A LIRE : Africa woman awards 2016/

Phonerol : pouvez-vous nous en dire plus sur ce projet Mariette Yao ?
LAN est une amicale de personnes qui s’intéressent aux technologies et qui prennent de leur temps pour partager cela avec l’autre, avec les plus jeunes en particulier. L’amicale est donc beaucoup axée sur les enfants. Il nous faut trouver les écoles qui sont prêtes à nous accueillir, avoir la disponibilité des parents et des enfants pour permettre aux enfants de suivre les cours et les formations.

Phonerol : Que vous manque-t-il pour la mise en œuvre de votre projet ?
Nous avons besoin de façon pratique d’ordinateurs à bas prix, avec des programmes informatiques de base, afin que les enfants puissent s’exercer même après les formations. Nous savons que certaines entreprises et organisations de la place offrent à certaines écoles des salles numériques, notamment MTN, et nous serions ravis de pouvoir mettre notre savoir au service de ces écoles pour apprendre aux élèves de ces établissements comment manipuler et utiliser les TIC au quotidien. L’objectif étant de les intéresser dès le bas âge aux TIC.

Pour Finir

Mariette Yao

Phonerol : Merci à vous, quel est votre dernier mot Mariette Yao ?
Merci à phonerol.com, grâce à ce type de magazine, la population peut en savoir un peu plus sur les technologies. C’est aussi cela qui pourra permettre aux femmes d’être au fait de ce qui se fait du côté des TIC en Afrique.
J’aimerais aussi profiter de cette lucarne pour informer vos lecteurs qu’ils me retrouveront désormais chaque semaine ou deux dans une capsule vidéo, ou nous parlerons de TIC sur la chaine YouTube et sur le site.

Les TIC représentent l’avenir et nous devrons nous y mettre au risque de devenir les analphabètes de demain.

Interview : 7 questions à Diabaté Élie – Narinto

Phonerol reçoit ce mercredi 15 juin 2016, dans le cadre de la rubrique Interview, Diabaté Élie Jean Charles Nandy jeune artiste ivoirien, passionné de mangas, de dessin et son manga Narinto.  Il partagera avec nous son amour pour le dessin.

NarintoPhonerol : Bonjour, pouvez-vous vous présenter ?
Je me nomme Diabaté Élie Jean Charles Nandy, je suis ivoirien et je suis en première à l’école nationale des beaux-arts. J’ai pour objectif de lancer un nouveau genre de BD appelé le boom

Phonerol : Pouvez-vous nous en dire plus sur ce nouveau genre le boom ?
Le boom est un genre qui a pour but de donner un nouveau nom et un nouveau souffle à la BD africaine.

Phonerol : Bravo pour cette initiative, pouvez-vous nous en dire plus sur votre manga Narinto ?
La BD Narinto aura 2 saisons, la saison 1 sera courte. Elle est basée sur le dessin animé Naruto uniquement… Par contre la deuxième saison est ouverte à plusieurs dessins animés. Elle sera donc plus longue et plus drôle.

Narinto

Phonerol : En résumé, c’est quoi l’idée dernière narinto ?
À part susciter le rire chez le lecteur… L’objectif derrière ce manga, Narinto, est de faire comprendre à nos jeunes frères que les dessins animés ne sont pas réels.

Phonerol : D’où vous vient cette passion pour les mangas et les BD ?
Depuis mon enfance… Voir des dessins bouger… Vivre… Avoir leurs propres histoires et leur monde… Voilà ce qui m’a fait aimer les BD.

Phonerol : Quels sont vos projets, je vois que vous avez lancez un site internet, c’est quoi la suite ?
Un jeu ou même une animation autour de Narinto… Et plus d’autres boom et de BD encore.

Phonerol : Merci pour cet échange, nous avons apprécié votre BD, quel est votre mot de fin ?
D’abord c’est moi qui vous remercie. Le boom est en marche pour révolutionner la BD africaine… Merci et Bonne continuation. Suivez-nous sur le site et sur les réseaux sociaux pour la suite de nos aventures.

Si vous voulez vous joindre au projet, veuillez le contacter en utilisant les liens plus bas.

Les projets

NarintoLe site :
La page Facebook : https://www.facebook.com/Narinto-553815344787239/timeline

Vous pouvez aussi suivre la BD de Noh Balghen de Niamey sur ça page https://www.facebook.com/revedufootballafricain/

Interview : 7 questions à Orphelie Thalmas

Phonerol reçoit ce mercredi 8 juin 2016, dans le cadre de la rubrique Interview, Ophelie Thalmas, meilleure blogueuse 2016 au BOBS Awards dans la catégorie francophone. Elle partagera avec nous dans les lignes qui suivent son amour pour la culture, cet amour qu’elle communique quotidiennement sur son blog.

Orphelie Thalmas

Orphelie Thalmas

Phonerol : Bonjour, pour commencer qui est Orphelie Thalmas ?
Je suis une jeune ivoirienne, formée au Droit inter, Digital manager, blogueuse culturelle. Optimiste et hyperactive.

Phonerol : Qu’est-ce qui fait courir Orphelie Thalmas ?
L’envie de faire sa part, de vivre utilement, la passion également.

Phonerol : Orphelie Thalmas et le blogging comment ça a commencé ?
En 2012 par passion pour le thème que j’abordais et par envie de partager sur la Culture et l’Art d’Afrique

Phonerol : Orphelie Thalmas nous connaissons ta passion pour la culture d’où te vient cette passion ?
Une sensibilité naturelle, mais mon éducation y a contribué. Mon papa m’offrait des tas de livres que je devais étudier.

Phonerol : Orphelie Thalmas penses-tu que ton Blog te permet de partager cette passion ? Ou tu es en quête d’un autre moyen pour le faire, de la vidéo par exemple?
Tu as glissé la réponse dans la question. Lol. Je mise également sur les vidéos depuis 2013. Mais j’accentue depuis 2016.

Phonerol : Orphelie Thalmas, en tant que meilleure blogueuse francophone, quels sont tes projets ?
Le prix est à mon blog. Lol. Les projets c’est une chaine YouTube et une équipe @rythmafriq pour plus de contenus.

Phonerol : Merci pour ton temps, Bonne continuation à notre meilleure blogueuse avec le meilleur Blog RythmAfriq, ton mot de fin ?
Fais ce que tu aimes. Il y a de fortes chances que tu le fasses bien et que tu sois récompensé.

Rythmafriq

RythmAfriq et les Bobs

Merci à Orphelie Thalmas pour cette interview réalisé sur Twitter le soir de l’élection Miss Côte d’Ivoire 2016. Elle continue de partager cette passion pour la culture et l’art sur son blog rythmafriq.com en attendant plus vidéos et de nouveautés.

N’oubliez pas de partager, notre prochain rendez-vous Interview c’est le mercredi prochain avec un passionné de dessin, de mangas et de Naruto.

WorldRemit et MTN lancent les transferts d’argent internationaux sur mobile

WorldRemit et MTN ensemble pour simplifier les transferts d’argent internationaux grâce aux solutions de mobile money.

Ce 31 mai à l’hôtel Novotel Plateau, les sociétés WorldRemit et MTN ont signé un partenariat qui permettra aux utilisateurs de 50 pays dans le monde, de transférer de l’argent directement sur le mobile de leurs proches via la solution de mobile money de l’opérateur de téléphonie. L’objectif est de permettre aux ivoiriens et aux populations de la diaspora de transférer de l’argent à leurs proches directement sur leurs téléphones mobiles à tout moment et le plus simplement du monde.

worldremit

Qui est WoldRemit ?

Créé par Ismail Ahmed, originaire de Somalie, WorldRemit est une société de transfert d’argent en ligne lancée en 2010. Le but du CEO Ismaïl Ahmed était de résoudre le problème des transferts habituels vers l’Afrique. Pour transférer de l’argent, il fallait se déplacer dans une agence et faire la queue, tout comme pour le retrait des sommes envoyés. Il était alors difficile d’éviter les longues files d’attentes et les couts d’envoi étaient élevés.

WorldRemit est ainsi né pour permettre de faciliter les transferts d’argents et réduire les couts des transactions. En 2014, la société a reçu un investissement de 40 millions de dollars d’investisseurs de la Silicon Valley afin de développer son réseau.
Aujourd’hui les envois sont possibles dans 50 pays et la réception des fonds dans 125 pays, dont la Côte d’Ivoire.

Devant la croissance des transactions monétaires via mobile money en Afrique et dans plusieurs pays du monde, WorldRemit a donc en plus des moyens de réception habituelle que sont les retraits en agence et les virements bancaures, opté pour le retrait via mobile money. Pour rappel, en Côte d’Ivoire, le nombre d’abonnés mobiles money est passé de 2 millions en 2013 à plus de 8 millions en 2016, ce qui fait un taux de croissance de plus de 400 %.
Le partenariat avec MTN Côte d’Ivoire fait suite aux nombreux partenariats avec l’opérateur en Afrique et entend intégrer la solution mobile money de l’opérateur dans ces moyens de réception d’argent.

Comment ça marche ?

Pour transférer de l’argent, c’est tout simple, vous devrez vous inscrire sur le site internet, ICI, et vous pourrez simplement envoyer de l’argent à vos proches en Côte d’Ivoire par virement bancaire, par espèce via la caisse d’épargne ou par MTN mobile money.

Vous avez ainsi la possibilité d’envoyer de l’argent 24 h/24, via l’application web ou l’application mobile disponible sur android et iOS. Vous devrez lier votre compte bancaire ou votre carte bancaire ou prépayée, et vous pourrez alors profiter de cette innovation. Côté prix, les couts varient entre 4 % et 5 %, là où la concurrence table encore sur 10 %.

worldremit

La cible première de WorldRemit est la diaspora en France, aux États-Unis et dans plus de 50 pays. Le développement du mobile money, permettra aux utilisateurs d’éviter les longues files d’attente et aussi de pouvoir gérer aux mieux les sommes envoyés grâce aux solutions de mobile money, paiement de facture, retrait partiel, paiement des frais scolaires, etc.

Coté sécurité, WorldRemit assure que des partenariats ont été signés dans ce sens et le respect des règles internationales en ce qui concerne les données à caractères personnelles sont bien respectées par la compagnie.
Vous ne pourrez cependant pas utiliser l’application pour envoyer de l’argent vers votre famille en Europe, mais cela reste en projet.

Quels sont les projets de WorldRemit ?

Catherine Wines WorldRemit

L’entreprise souhaite développer son réseau au niveau mondial, avec plus de 270 portefeuilles mobiles dans le monde, il y a matière à travailler. De plus WorldRemit entend étendre son réseau en Afrique afin d’apporter sa solution, aux utilisateurs africains.

WorldRemit c’est plus de 400 000 opérations par mois, dont 30 % sur mobile, un chiffre d’affaires en 2015 de 39 millions de dollars, une valorisation de 500 millions de dollars. C’est également la start-up britannique dont la croissance est la plus rapide selon le classement Deloitte Fast 50 de 2015 en Europe.

Nous tenons à remercier à la cofondatrice française Catherine Wines et Nazim Damardji pour ce petit entretien avec Phonerol.com.

Phonerol.com reçoit Aristide Guy Kouakou, lauréat AWEF 2015

Phonerol.com reçoit Aristide Guy Kouakou, lauréat AWEF 2015

Nous recevons dans le cadre de notre rubrique interview Aristide Guy Kouakou, jeune développeur ivoirien, lauréat du prix du meilleur site web lors de l’Africa Web Festival 2015. Recevons donc ce passionné de codes et son projet Éléphant futé.

Aristide Guy Kouakou et son projet Elephant Futé

Pouvez-vous nous présenter ton projet ?

L’objectif du projet est de permettre aux acheteurs d’avoir la possibilité de comparer les prix avant leurs achats. Elephantfute.com est un site de comparaison de prix qui permet à tout acheteur potentiel de comparer sur la plateforme et gratuitement le cout du produit qu’il recherche sur les différents sites de E-commerce ivoiriens. Ce comparatif lui permettra ainsi d’avoir le meilleur prix pour faire son achat sur le site qui lui proposera le prix le plus bas. C’est donc un gain de temps et d’argent véritable pour les utilisateurs.

Pouvez-vous nous en dire plus sur difficultés que vous rencontrez ?

La principale difficulté reste le matériel de travail, celui que j’utilise actuellement est vraiment inadapté aux traitements quotidiens que j’effectue. Secundo, les couts du serveur d’hébergement que je supporte augmentent vu l’affluence des visiteurs sur le site, j’ai ainsi du changé d’espace d’hébergement pour pouvoir répondre à ce flux d’utilisateurs. Enfin, l’indexation de certains sites de vente se révèle complexe et l’existence d’une API serait un soulagement, afin de faciliter les recherches et donner de meilleurs résultats aux utilisateurs.

Quelles sont vos attentes et la suite du projet ?

La principale attente reste un financement qui permettrait de couvrir les charges du serveur sur au moins 3 ans et qui aussi de m’équiper d’un matériel adapté et performant en vue de peaufiner le produit, pour faciliter son évolution. De plus, l’objectif étant d’en faire une véritable plateforme de comparaison de produits, donc une véritable entreprise avec le recrutement d’autres développeurs, et de plus de personnels.

Par la suite, le projet intégrera 3 nouveaux modules distincts dont la principale sera la comparaison des articles des supermarchés d’Abidjan dans un premier temps de sorte à offrir aux utilisateurs un panier intelligent qui prendra en compte leurs besoins et leur budget dans leurs recherches. Pour ce qui concerne les deux autres modules, je préfère gardé le secret, mais soyez rassuré que ce soient tout autant de bonnes choses qui pourront être mises au service des utilisateurs.

Je suis donc en quête de partenariat avec les sites de e-commerces, et toutes les entreprises qui souhaiteraient m’aider à développer ce projet. Les entreprises qui souhaitent également annoncer sur le site sont aussi attendues afin de faire de ce projet un outil de premier choix dans la démarche d’achat des internautes ivoiriens sur les sites de E-commerce.

N’hésitez pas à faire un tour sur le site www.elephantfute.com, vous pourrez faire votre recherche sur plusieurs sites et trouver les meilleurs prix, c’est simple, pratique et nous encourageons vivement le promoteur Aristide Guy Kouakou.

Email : contact@elephantfuter.com/Mobile Eléphant futé : +225 58 01 80 26

Interview : 7 questions à Josias Yobou

Phonerol ouvre aujourd’hui une série d’interviews avec les acteurs du web africain. Nous recevons dans le cadre de cette rubrique Josias Yobou, un jeune ivoirien passionné du digital et Digital Customer Manager chez Océan Ogilvy. Josias a travaillé dans plusieurs entreprises parmis lesquelles Inpulsion, Shamma communication et aussi People Input avec Edith Brou Digital manager et blogueuse ivoirienne de renom. Recevons donc ce passionné et amoureux du digital.

Josias Yobou

Phonerol : Bonjour pouvez-vous vous présenter ?
Josias Yobou 
: Je suis Josias Yobou, jeune ivoirien âgé de 28 ans, issue d’une formation juridique, aujourd’hui Digital Customer Manager.

Phonerol : Nous vous savons passionnée de digital et de social média, comment êtes-vous passé du droit au digital ?
Josias Yobou 
: Le déclic a eu lieu en année de licence de droit en 2011, j’ai commencé à échanger avec des amis (Roland Polman et Amevi Midekor) sur les réseaux sociaux, du développement web, rédactions web… Par la suite j’ai eu l’opportunité de travailler en tant que bénévole rédacteur web pour le site d’actualité de proximité avenue 225. Mais je me sentais plus à l’aise et attiré par le web marketing et tout métier lié au digital.
J’ai donc décidé de terminer mon année maitrise et de me consacrer pleinement et entièrement à cette aventure digitale qui n’a pas été facile dès le départ.

Phonerol : Quels sont les obstacles que vous avez rencontrés durant ces années passées dans le domaine ?
Josias Yobou
 : Bosser, chercher, s’exercer n’était que mes rudiments pour m’amener à me forger une carrière dans un domaine peu connu.
Échanger avec les devanciers dans le domaine du web en général, apprendre à comprendre l’univers digital, être bénévole, travailler gratuitement pour acquérir de l’expérience.

Les obstacles que j’ai rencontrés sont les suivants :
– Dans le début l’incompréhension par la famille du domaine d’activité que je souhaitais embrasser, le digital était inconnu. Mais après explication j’ai pu convaincre la famille.
– Les abus de gratuité dans les débuts, car très souvent étant dans un domaine peu connu, les personnes ont tendance à négliger le travail qui se fait en amont. Au point de te dire très souvent « ton boulot, c’est juste posté sur Facebook« .
La formation et l’outil, au début n’ayant pas d’outil informatique j’ai du loué des PC d’amis ou même passé des nuits blanches dans des cyber cafés pour apprendre, mettre des infos sur clé USB, tirés et me documenter, mais au-delà, je considère tout cela comme des moyens de motivations pour aller de l’avant et réaliser un rêve

Phonerol : Aujourd’hui peut on dire avec le temps que les sacrifices consentis ont été ou sont en train d’être récompensé ?
Josias Yobou
  Aujourd’hui les sacrifices consentis sont en train d’être récompensés, car le chemin est encore long, il y a beaucoup de choses à réaliser.
J’oubliais que pour me permettre d’avoir des moyens, j’ai du donné des cours de renforcement en année de licence au première année pour avoir de l’argent pour me connecter pour travailler, faire des petites activité.

Josias Yobou

Phonerol :  Le numérique trouve une place de choix dans l’économie mondiale, mais sous nos cieux plusieurs entreprises sont encore réticentes ou peu informées du développement et des opportunités du digital, quels mots pour ces entreprises ?
Josias Yobou
 : C’est vrai que des entreprises ont eu du mal à comprendre la place du numérique, des métiers du web sur nos tropiques, mais aujourd’hui beaucoup d’entre elles ont décidé de faire le pas. Nous avons l’exemple des maisons de téléphonies, des banques, des assurances, etc.
Il reste beaucoup à faire. Plusieurs entreprises ont déjà franchi le pas, je suis ravi des pas réalisés. Mon message pour les entreprises qui n’ont pas encore fait le saut digital, est qu’il est plus que nécessaire pour elles de se mettre au digital, car c’est aujourd’hui un moyen de communication puissant. Et aussi un moyen décisif à la fois pour les entreprises en plein développement comme les PME africaines que pour les marques qui occupent déjà une place dans le marché.
Le digital offre plus d’avantages aux petites entreprises. En effet en utilisant les réseaux sociaux, les PME peuvent exploiter la segmentation locale du digital en visant une cible locale ou s’étendre sur l’échelle mondiale.
Bref avec la communication classique difficile d’avoir un feed-back instantané des consommateurs, mais avec le digital c’est l’instantanée au quotidien.

Phonerol :  Aujourd’hui en tant qu’acteur majeur du digital sur le marché ivoirien, quels sont vos modèles et quels conseils pour les jeunes qui souhaitent embrasser cette carrière ?
Josias Yobou
 : Aujourd’hui acteur majeur du digital c’est une grande prétention, mais avoir pris les médias sociaux pour en faire un métier et se consacrer entièrement à ça je peux dire OUI.
En tant que modèle ivoirien dans la communication digitale : Edith Brou, pour l’écriture web : Israel Guebo bien d’autres modèles : Florent Youzan, Nnenna Nwakanma, Mohammed Diaby et Franck Bayé.
Pour la jeune génération : Croire en ses rêves, apprendre et se donner les moyens pour apprendre, se fixer des objectifs par semaine, par mois et par année, s’approcher des devanciers, prendre l’aspect positif des conseils et avancer.
Faire le boulot et bien le faire, car il y a une parole biblique que j’aime : Luc 16 V10-11
Celui qui est fidèle dans les moindres choses l’est aussi dans les grandes, et celui qui est injuste dans les moindres choses l’est aussi dans les grandes. 11Si donc vous n’avez pas été fidèles dans les richesses injustes, qui vous confiera les véritables ?
Car en travaillant pour les petites choses et bien fait, Dieu bénira et va ouvrir des portes plus grandes.
Enfin prendre au sérieux le travail réalisé, le succès sera au bout. Il peut être lent certes, mais il vous permettra d’acquérir l’expérience qu’il vous faut pour avancer

Phonerol : Merci de nous avoir accordé quelques minutes de votre temps, quel est votre mot de fin ?
Josias Yobou : Merci à http://phonerol.com qui me permet de parler de mon expérience dans le domaine du web.
En toute chose, mettez Dieu au-devant et croyez en vos rêves..

Merci à vous et à la prochaine avec l’interview du Planteur 2.0 Delmas Ehui, web entrepreneur émérite.

Boostez votre chiffre d’affaire et améliorez votre assistance à la clientèle avec le live chat de Livegreeter

LIVEGREETER, boostez votre chiffre d’affaire et améliorez votre assistance à la clientèle avec le live chat

livegreeter

Nous recevons aujourd’hui Mlle TOURE. K, commerciale à LIVEGREETER Côte d’Ivoire société spécialisée dans le chat professionnel et l’assistance clientèle en ligne. Une révolution technologique désormais disponible sur les bords de la lagune ébrié. Mlle TOURE nous parlera dans cette interview de ce service d’assistance en ligne qui permet aux entreprises qui disposent d’un site web d’interagir avec leurs visiteurs et de les convertir en de véritables clients.

1/ Mlle TOURE. K, Présentez-nous votre service en quelques mots ?

Merci pour cette opportunité que vous nous offrez au travers de cette interview pour présenter notre service à vos lecteurs. Livegreeter offre un service de live chat et d’assistance sur les sites web de façon proactive et en temps réel, 24/7 en français, anglais, espagnol, allemand, arabe …

2/ En quoi ce service est important pour les entreprises en Côte d’Ivoire ?

Le service de live chat présente de multiples avantages une fois installé sur le site web d’une entreprise. Tout d’abord, c’est un excellent moyen pour mettre de la chaleur humaine sur votre site web, d’y retenir les internautes et de répondre instantanément à leurs préoccupations. Aussi, le service de live chat offre l’opportunité de désengorger les guichets/agences : Plus besoin de faire le rang pendant des heures pour décider d’un achat ou avoir la réponse à une question quelconque.
Le live chat  interactif est le canal idéal pour toute entreprise sur la toile d’offrir à ses usagés un véritable service avant, pendant et après vente via son site internet. Les internautes ont la possibilité de converser avec nos agents. Ce qui permettra aux entreprises d’augmenter leur retour sur investissement et d’accroitre leurs chiffres d’affaires. C’est un outil révolutionnaire de fidélisation des clients.

3/ Pour être plus claire ?

Le live chat permet de convertir votre marketing entrant en prospect c’est-à-dire de convertir vos visiteurs passifs en acheteurs et transformer vos visiteurs en de véritables clients pour votre entreprise.

Le Live chat offert par LIVEGREETER permet de raccourcir votre cycle de ventes en augmentant les ventes de vos produits c’est-à-dire nous permettons à vos visiteurs de rentrer en contact avec nos dynamiques agents qui recueillent leurs préoccupations, les traitent efficacement jusqu’à leurs satisfactions. Nos agents sont formés pour vendre et assister vos visiteurs selon leurs besoins. Ce qui vous permettra d’augmenter votre chiffre d’affaires.

Par exemple, via le live chat depuis un ordinateur, une tablette ou un smartphone un visiteur du site ou un prospect peut poser une préoccupation et trouver des réponses sans besoin de se déplacer chez son fournisseur, et ceci comme dans un face à face. Quel gain en temps et en efficacité ! N’est-ce pas !

Notre logiciel permet également de géolocaliser une personne qui atterrit sur votre site web, connaitre le temps qu’elle y passe, et les pages que cette personne visite, à partir de quel navigateur et même quel est le mot clé à partir duquel elle a repéré votre site, etc.
Toutes ces données vous permettront de réorienter votre stratégie marketing sur internet.

LE LIVE CHAT UNE TECHNOLOGIE D’AUJOURD’HUI

4/ Depuis combien de temps proposez-vous ce service aux entreprises ?

LiveGreeter propose ce service de Live chat aux entreprises partout dans le monde depuis 2002. Nous avons ainsi plusieurs clients qui nous font confiance depuis plus de 14 ans.

LiveGreeter

5/ Quels sont vos différents clients actuels ?

Pour des raisons de confidentialité, nous ne pouvons citer nos clients mais sachez que nous avons des clients dans l’industrie de l’informatique, de l’automobile, de l’Administration publique et privée, des Universités, aéroports et ports. etc.
En clair, nous sommes présents dans tous les secteurs d’activité et aux quatre coins du monde.

6/ Pouvez-vous nous en dire plus sur le fonctionnement de votre service ?

Son fonctionnement est simple et l’installation ne prend que cinq minutes. L’utilisateur communique au travers d’un pop-up généré à partir de codes à intégrer sur votre site web. Nous disposons des ressources humaines qualifiées pour assurer le service de live chat 24/7 de l’entreprise. Nous avons la logistique et les ressources humaines qualifiées dans ce sens. Il est également possible pour une entreprise de gérer elle-même le flux de ses visiteurs pendant les heures de travail. Dans ce cas, nous sommes disposés à assurer le relai pendant les heures de fermeture, l’entreprise peut  aussi nous confier cette gestion pendant les heures hors travail. Le live chat professionnel, c’est notre métier !

UN SERVICE QUI APPORTE DE LA CHALEUR HUMAINE AU SITE WEB

7/ Excusez moi Mlle Touré comment est-il possible que vos opérateurs puissent converser avec les visiteurs des sites de vos clients comme s’ils travaillaient depuis longtemps au sein de la société ?

Soyez-en rassurés, nos contrats sont essentiellement basés sur la confiance entre nous et nos clients, c’est une véritable collaboration. La société cliente doit renseigner un questionnaire sur la base duquel nos experts montent un manuel de formation destinés à nos agents. Le manuel est soumis au client qui y apporte des rajouts si nécessaire. Nous le reprenons pour former nos agents. Ainsi nos agents formés sont aptes et capables d’assister et conseiller les visiteurs comme tous les autres employés de l’entreprise.
Le client fait des tests avec nous, par la suite, nous démarrerons le service sur son site. Nous vous garantissons un taux de réussite de 99%.

livegreeter

8/ Le service que vous proposez aux entreprises est un service complet, il doit surement être très couteux ?

Désolé de vous décevoir, mais notre service de live chat est à la portée de toutes les entreprises et ce, quelque soit la taille. L’entreprise ne paie que les frais d’installation (une fois) et les frais mensuels taillés sur mesure.

9) Avez-vous des offres spéciales pour les entreprises ivoiriennes ?

Effectivement, c’est pour donner la chance aux différentes entreprises ivoiriennes de s’offrir ce service de live chat sur leurs sites web et de s’ouvrir davantage au monde que LIVEGREETER est en Côte D’Ivoire. Nous avons des offres adaptées à toutes les entreprises.

10/ Nous sommes au terme de cette interview, quel est votre mot de fin Mlle TOURE. K ?

Merci pour cette lucarne que vous nous avez offert. Ce service proposé par LIVEGREETER comme nous l’avons expliqué est innovant, apporte une touche humaine et la personnalisation de la conversation sur votre site web. Nous terminons simplement en invitant les entreprises sur le sol ivoirien à prendre de l’avance sur la concurrence en optant dès maintenant pour notre solution du live chat!

Vous pouvez découvrir le service en cliquant sur ce lien LIVE GREETER.

Contact : Pour des démos et une présentation détaillée : Carelle Touret au +225 57 21 79 99 ou informations18(at)yahoo.fr