jeudi , 14 décembre 2017

Africa News

ALGERIE : Mobilis interconnectera 2500 centres de santé par la 3G

En Algérie, 2500 centres de santés seront bientôt connectés  au ministère de la santé via un réseau virtuel privé (VPN) 3G++. C’est l’aboutissement du partenariat signé entre le ministère de la santé et de la réforme hospitalière du pays et l’opérateur Télécom Mobilis.

Mobilis
Les avancées technologiques n’ont-elles pas pour objectifs de faciliter la vie aux populations ? En Algérie, le gouvernement entend permettre aux centres de santé d’exploiter les solutions et applications destinées à leur secteur. Cela passe par la modernisation du processus utilisé jusque-là afin d’apporter plus de sécurité, de rapidité et d’efficacité dans le traitement des maladies. Aussi, une réforme administrative est prévue dans le pays, afin que l’Etat puisse avoir un accès aux données médicales des différents centres de santé.

Pour l’opérateur Mobilis, cette initiative s’inscrit dans sa vision d’accompagner « le secteur national de la santé dans sa modernisation via l’exploitation des dernières technologies de l’information et de la communication ».

TELECOM : Le groupe marocain Wana bientôt en Côte d’Ivoire ?

TELECOM : Le groupe marocain Wana bientôt en Côte d’Ivoire ?

Le gouvernement ivoirien a lancé un appel à manifestation d’intérêt pour l’attribution d’une quatrième licence Télécom. Parmi les entreprises qui ont répondu à cet appel, figure le groupe Télécom marocain Wana.

En Côte d’Ivoire, le marché très concurrentiel des télécommunications devrait accueillir un nouvel acteur. L’opérateur Wana (détenu à 69% par la Société Nationale d’Investissement (SNI) et à 31% par le groupe télécom koweitien Zain) espère être retenu pour demarrrer ses activités dans le pays. De même, les opérateurs Viettel (vietnamien), Yoomee (Suisse ) et le groupe Millicom (Luxembourgeois) sont sur cette liste.

wana-Phonerol
La directrice des relations publiques et presse du groupe Wana a donné la raison qui pousse le marocain a convoité le marché ivoirien : « c’est pour nous une façon d’exprimer notre volonté d’investir en Afrique. Cela veut dire aussi que nous sommes assez performants et assez développés au Maroc et que nous pouvons nous engager en Afrique ».

Le régulateur ivoirien, l’ARTCI (Autorité de Régulation de Télécommunication de Côte d’Ivoire) rendra bientôt publique le nom de l’opérateur qui viendra disputer ce marché concurrentiel avec les opérateurs Orange, MTN et Etisalat.

Algérie : Travaux de réparation du câble sous-marin reliant le pays à Marseille

Algérie : Travaux de réparation du câble sous-marin reliant le pays à Marseille

Algérie Cable sous marinAlgérie Télécom a informé ses clients que le câble sous-marin qui relit Annaba à Marseille est désormais rétabli après les travaux de raccordement entrepris.

La fin des travaux annonce aussi la fin du calvaire des populations par le retour a une bande passante plus grande. Le câble sous-marin SMWE4 sera remis à l’eau et ceci signera la fin des travaux.

Tout ceci nous donne à réfléchir sur l’accessibilité du continent à internet trop souvent limité par les quelques câbles sous-marins qui nous relient au vieux continent.

Nous osons espérer que de plus en plus d’opérateurs téléphoniques s’y mettent afin de proposer plus d’alternatives, aux populations et aux entreprises locales.

Source

Ghana : L’incubateur MEST veut lancer un Fond d’investissement en Capital Risque panafricain

Ghana : L’incubateur MEST veut lancer un Fond d’investissement en Capital Risque panafricain

MEST
Le centre d’incubation MEST au Ghana travaille à lancer un fond d’investissement en capital-risque panafricain. L’institut vise également à étendre les formations technologiques au Nigeria et au Kenya.

Basé à Accra, le MEST est un institut de formation en TIC et un incubateur de startup. Son programme de formation sur 12 mois permet aux étudiants d’acquérir une maitrise des TIC, et du bizness afin de leur permettre de mettre sur pied des entreprises à succès, comme le souligne le Directeur de l’établissement Neal Hansch.

Des étudiants ont déjà obtenu des financements pour certains de leurs projets, Dropifi une application de service à la clientèle 50 000 dollars, et Claimsync une plateforme d’enregistrement électronique 100 000 dollars. L’incubateur compte ainsi à terme investir entre 1 et 2 millions de dollars chaque année, et a déjà permis de lancer plus de 20 entreprises parmi lesquels deux entreprises ont déjà été rachetées.

Les fonds du MEST étaient destinés aux étudiants de l’institut, avec ce nouveau fond d’investissement en capital-risque, ils étendront leurs financements à d’autres startups principalement dans le domaine de l’éducation, du digital media et de la finance.

Le MEST utilise son réseau de partenaires, notamment depuis son bureau dans la Silicon Valley, pour trouver les fonds nécessaires.

Nous espérons que les montants investis et disponibles seront plus conséquents. Nous espèrerons que de telles initiatives se développent de plus en plus en Afrique, afin de permettre au secteur des TIC de prendre une place plus importante dans les politiques des états africains. Le but ici, est de permettre au TIC d’être un véritable outil de développement et un outil

Source

Top 10 : Les africains les plus riches du secteur des Tech

Top 10 : Les africains les plus riches du secteur des Tech

Africa's Top 10 richest in tech.

Quand nous abordons le sujet de la richesse, l’Afrique regorge de fortune qui compte parmi les plus riches du monde. Selon Forbes, Aliko Dangote est l’un des hommes les plus riches d’Afrique.

Le Nigérian a fait fortune dans le ciment, le sucre, il a aussi investi dans les industries pétrolières.

Nous vous présentons aujourd’hui, le top des 10 plus grosses fortunes dans le secteur des Tech en Afrique, selon Forbes.

Mohamed Mansour

Mohamed Mansour
Source : Divers/Télécommunication
Fortune : 4 milliards de dollars
Localisation : Caire, Égypte

Mohamed Mansour et ses frères ont investi plus de 500 millions de dollars dans le secteur des télécommunications, de l’éducation et dans l’immobilier durant les 3 dernières années.

Mike Adenuga

Mike Adenuga
Source : Télécommunication, Pétrole
Fortune : 3.4 milliards de dollars
Localisation : Lagos Nigeria

Forbes nous apprend qu’il est le deuxième plus riche du Nigeria. Adenuga a largement investi dans les télécommunications et la production de pétrole.

Il a fondé la compagnie Globacom en 2003, et elle compte aujourd’hui plus de 27 millions d’abonnés. Globacom est le second opérateur au Nigeria derrière le géant sud-africain MTN.

Naguib Sawiris

Naguib Sawiris
Source : Telecommunications
Fortune : 2.9 milliards de dollars
Localisation : Caire Égypte

Naguib Sawiris est revenu à la tête de la compagnie Orascom Telecom Media & Technology (OTMT) après la démission de l’ancien directeur général.

OTMT a investi dans la téléphonie, les médias et les technologies en Égypte, au Liban et au Pakistan. La compagnie a également investi dans la 3G en Corée du Nord.

Koos_Bekker_ST

Koos Bekker
Source : Media, Investissement
Fortune : 2.4 milliards de dollars
Localisation : Afrique du Sud

Magnat des médias sud-africains, Koos Bekker après avoir réintégré l’entreprise, la transformé avec des investissements en Chine, en Inde, en Russie, et au Brésil.

La capitalisation de Nasper, à son arrivée de 600 millions de dollars, atteint aujourd’hui les 45 milliards de dollars.

Rostam Azizi

Rostam Azizi
Source : Télécommunications, Investissements, Self Made
Fortune : un milliard de dollars
Localisation : Tanzanie

En mai 2014, Rostam Azizi a vendu ces actions (17 %) dans Vodacom Tanzanie aux Groupes sud-africains pour 250 millions de dollars.

Il possède encore 18 % d’action de vodacom Tanzanie, et a investi dans le secteur minier. Il a aussi des investissements immobiliers à Dubai.

Tunde Folawiyo

Tunde Folawiyo
Source : Pétrole, Télécommunication
Fortune : 650 millions de dollars
Localisation : Nigéria

Directeur général de Yinka Folawiyo Group, spécialisé dans l’énergie, l’agriculture, le transport maritime, l’immobilier. Le groupe est une entreprise familiale, construite par son père depuis 1957. Il possède des parts dans Access Bank et MTN Nigeria.
Hakeem Belo-Osagie

Hakeem Belo-Osagie
Source : Télécommunications
Fortune : 600 millions de dollars
Localisation : Nigeria

Hakeem Belo-Osagie est le directeur de Etisalat Nigeria, le quatrième opérateur mobile nigérian, avec plus de 18 millions d’abonnés.

Après l’acquisition d’une participation dans le UBA, la banque commerciale Nigerianne, il est l’un des investisseurs dans la réalisation du Mall Marché, qui est en construction à Abuja.

Strive_Masiyiwa2

Strive Masiyiwa
Source : Télécommunications
Fortune : 600 millions de dollars
Localisation : Afrique du Sud

L’homme le plus riche du Zimbabwé selon le magazine Forbes a fait sa fortune dans le groupe de télécommunication qu’il a fondé, Econet.

Avec 9 millions d’abonnés Econet est le premier opérateur mobile au Zimbabwé. Le groupe dispose d’investissement en Nouvelle-Zélande et aux États-Unis. Mais également, au Botswana, au Lesotho et au Burundi.

Naushad Merali

Naushad Merali
Source of Wealth: Diversified, Self Made, Télécommunication
Fortune : 550 millions de dollars
Localisation : Kenya

Naushad Merali est le fondateur du groupe Sameer, qui est spécialisé dans l’agriculture, la construction, les TICs, et la finance.

Il a quitté son post de directeur de Bharti Airtel Kenya en lai dernier. Il conserve tout de même 5 % des actions de la compagnie.

Oba Otudeko

Oba Otudeko
Source : Manufacturing, Télécommunication, Self Made
Fortune : 550 millions de dollars
Localisation : Nigeria

Oba Otudeko est le fondateur et le président du Groupe HoneyWell. L’entreprise investit dans le pétrole, le gaz, l’immobilier et le transport maritime.

Oba Otudeko est également le directeur de Airtel Nigeria.

Source

AFRIQUE : Facebook et Eutelsat lanceront un satellite pour fournir internet dans les zones reculées

Facebook veut faciliter l’accès à internet en Afrique subsaharienne. C’est ce que l’on peut retenir de l’annonce officielle faite par Mark Zuckerberg sur son compte Facebook. Pour se faire, un satellite sera mis en orbite en 2016.

AMOS-6, c’est le nom de code du satellite qui sera mis en orbite suite au partenariat signé entre Facebook et le français Eutelsat. Déjà en construction, ce satellite une fois fonctionnel devrait permettre de fournir internet à des millions de personnes notamment dans les zones reculées ou l’accès à internet est un véritable défi. Ce projet rentre dans le cadre de la plateforme Internet.org de Facebook (en partenariat avec plusieurs géants, dont Samsung, Qualcomm, Mediatek, Ercisson, Opera…), dont l’objectif est de permettre l’accès gratuit à des services de grandes utilités aux internautes/mobinautes.

Internet-facebook-satellite-Phonerol

Sur le site internet de la plateforme internet.org, la mission est résumée en ces mots : « Mettre internet à disposition de chaque individu sur Terre est une tâche bien trop importante et trop vaste pour une seule entreprise, un seul groupe ou un seul gouvernement. Tous ceux qui participent à Internet.org se sont rassemblés pour relever ce défi, car ils croient au pouvoir d’un monde connecté. »

Il faut préciser que Facebook travaille aussi sur un prototype de drone (nommé Aquila) alimenté au solaire, qui sillonnera la circonférence de la terre pour fournir internet dans les zones qui y ont accès difficilement.

Facebook

Pour les détracteurs du projet Internet.org, derrière cette magnanimité déguisée, il se cacherait une volonté du géant américain de conquérir de nouvelles parts de marché notamment dans les pays émergents et ceux en voie de développement.

Côte d’Ivoire : Voici comment contrôler votre consommation après chaque appel

Dans le souci, d’assurer la transparence dans la facturation des services de communication, l’ARTCI (Autorité de Régulation des Télécommunications en Côte d’Ivoire) a exigé aux opérateurs du pays, de fournir un résumé aux abonnés après chaque appel.

Désormais après chaque communication, les abonnés auront la possibilité de recevoir un message les notifiant de la durée de leur communication, la facturation ayant été appliquée, ainsi que leur consommation donc le crédit restant.
Ainsi, les opérateurs Orange, Moov, MTN et Comium sont tenus de communiquer la procédure d’accès à ce service à leurs abonnés.Cette mesure fait référence l’article 14, 7, 4 du 12 mars 2014 comme mentionné dans les cahiers de charge des opérateurs.

Conformément à ce même cahier de charge, l’accès à ce service de contrôle de la consommation est entièrement gratuit. Pour l’activer, les abonnés auront simplement à effectuer une souscription. Découvrez dans le tableau ci-dessous, la procédure d’activation ainsi que celle de désabonnement au service chez les quatre opérateurs de Côte d’ivoire.

Resumé-Appel_ARTCI-Phonerol

BÉNIN : Télécommunications, la portabilité des numéros annoncée ?

BÉNIN : Télécommunications, la portabilité des numéros annoncée ?

Carte-Sim-mince

Si l’on s’en tient à l’annonce faite par l’Autorité de Régulation des Communications Electroniques et de la Poste (ARCEP) du Bénin, la portabilité des numéros de mobile sera bientôt une réalité dans le pays. C’est le 15 septembre dernier que l’information a été rendue publique devant les opérateurs télécoms du pays.

De façon simple, la portabilité des numéros est la possibilité offerte à un abonné de conserver son numéro même lorsqu’il change d’opérateur. Pour mieux préparer son introduction, une étude a été confiée au cabinet OpenIT. L’étude devra explorer plusieurs axes à savoir « les coûts de mise en œuvre, notamment pour le régulateur et les opérateurs, les coûts de portage et de routage et l’impact de la portabilité sur le contrôle du trafic et les redevances en numérotation » comme relayé par l’agence ecofin. Sur la base de plusieurs facteurs, dont l’économie du pays, l’étude permettra de mieux apprêter l’environnement des télécommunications.

Au Bénin, 5 opérateurs se partagent le marché des télécoms : Spacetel Bénin, Bell Bénin communications, Glo mobile, Etisalat Bénin et Libercom. La portabilité a pour objectif d’améliorer la qualité de service des opérateurs en assurant une concurrence saine entre ceux-ci. Cet avènement devrait donc être bénéfique à plus d’un titre.

Il faut préciser que selon une étude menée par le cabinet Deloitte Côte d’Ivoire, la portabilité est effective dans 67 pays à travers le monde entier. En Afrique, déjà l’Afrique du Sud, le Maroc, le Ghana, le Kenya, la Tunisie, le Nigeria, le Sénégal (depuis le 1er septembre 2015) ont rendu ce concept possible. D’autres pays tels que la Côte d’Ivoire et le Cameroun s’y intéresseraient de près.

Nigeria – Boko Haram : 37 millions de lignes désactivées

Nigeria : 37 millions de lignes désactivées pour la sécurité

Muhammadu Buhari Président du NigeriaLe président du Nigeria Muhammadu Buhari a ordonné aux opérateurs du sectur des télécommunications du Nigeria de désactiver 37.79 millions de lignes mobiles pour mettre fin à la menace Boko Haram dans les 3 mois à venir.

Le but est de mettre fin aux atrocités du groupe terroriste, qui utilise les mobiles pour coordonnées ses opérations. Comme nous l’avons déjà mentionné dans un précédent article, les quatre opérateurs du pays, à savoir, MTN, Airtel, Glo et Etisalat, avaient été condamnés à une amende de plus de 120 millions de dollars pour la non-identification de millions d’abonnés.

La décision de désactiver les lignes a été prise après des rencontres entre les opérateurs, le régulateur et le département de la sécurité nationale.

Source

Safari ouvre son M-PESA aux developpeurs

Safari ouvre son M-PESA aux développeurs

M-PESASafaricom ouvre l’API de son M-PESA aux développeurs locaux et internationaux. Ils pourront ainsi avoir l’opportunité de développer des applications qui fonctionneront sur la plateforme de M-PESA.

Ce changement est possible, car Safaricom en partenariat avec Huawei a implanté ses serveurs au Kenya, dans l’optique de booster les transactions via M-PESA, ainsi que le lancement de leur plateforme de e-commerce.

Le Directeur financier de la Safaricom rappelle aussi que l’innovation est l’un des points clés de leur compagnie. Et que cette innovation ne peut venir de la compagnie uniquement, mais de tous les partenaires qui travailleront main dans la main pour offrir les meilleurs services.

Safaricom espère que les développeurs pourront ainsi apporter le meilleur à tous leurs utilisateurs, avec de nouvelles idées et des applications adaptées aux Business to Business, Business to Consumer et Consumer to Business.

Pour rappel, M-Pesa est un service de transfert d’argent sur mobile lancé en 2007, et qui a conquis plusieurs pays.

Source